Le phénomène des Girl's Bar au Japon

Le phénomène des Girl’s Bar au Japon


Notice: Undefined index: full in /homepages/2/d318023669/htdocs/New-Adala-News/wp-includes/media.php on line 215

Notice: Undefined index: full in /homepages/2/d318023669/htdocs/New-Adala-News/wp-includes/media.php on line 216

Notice: Undefined index: full in /homepages/2/d318023669/htdocs/New-Adala-News/wp-includes/media.php on line 217

Notice: Undefined index: full in /homepages/2/d318023669/htdocs/New-Adala-News/wp-includes/media.php on line 218

C’est par le biais du magazine japonais Friday que nous apprenons que le gérant d’un Girl’s Bar à Akihabara a été arrêté !

En effet, en Juillet 2012, Koichiro Fukayama (44 ans), gérant du bar à filles AKB162 a violé la loi de régulation du divertissement et des affaires pour adultes en employant dans son établissement des mineures (une de 15 ans et deux de 16 ans).

*Les employées doivent avoir au moins 18 ans pour y travailler.

Un Girl’s Bar ou Bar à filles, est une variation du club d’hôtesses qui permet au client de sortir à l’extérieur de l’établissement accompagnée de son hotesse en échange d’honoraires. Le principe est de se louer une petite-amie à l’heure ou sous forme d’option.

De plus en plus de club et maid café proposent ce genre de forfaits.

Les filles gagnent en moyenne 30 000 yen/jour (309€). Les requêtes les plus demandées par les clients sont les massages.

Un gérant de Maid Café explique :

“La plupart des clients prennent les filles pour aller au restaurant ou dans des salles d’arcades. Mais certains peuvent les emmener au karaoké et cela peut être dangereux. Le problème, c’est que les filles manquent de discernement et ça me rend nerveux.”

Le bar AKB162 a fait sa promotion sur le fait qu’ils employaient des lycéennes avec des forfaits osanpo (sortir à l’extérieur) ou encore le forfait guide.

La démarche dans ce genre d’établissement :

  • Le client sélectionne une fille sur le catalogue
  • Les frais de charge sont de 6 000 yen (62€)/heure
  • Frais supplémentaires pour les sorties à l’extérieur de Akihabara, pour les sorties en voitures ou encore pour les rendez-vous chez le client directement

Le véritable problème c’est que derrière ce système de divertissement, certaines filles en profitent pour se faire de l’argent facile en proposant des services sexuels.

Pour vérifier, le journaliste du magazine Friday est parti incognito dans des établissements.

Suite à sa rencontre avec Ami, une lycéenne de 16 ans, il explique qu’elle proposait spontanément des sorties au karaoké et en échange de la fidélisation du client (venir la voir de temps en temps dans l’établissement), elle offre certains services sexuels en rapport avec les préliminaires.

Dans un autre Bar à filles, le journaliste sélectionne une fille du nom de Kana, 18 ans qui lui proposera également les mêmes services. Lors de son rendez-vous elle révèle au journaliste :

“Une fois pour rigoler, j’ai dit à un client que je coucherai avec lui pour 100 000 yen (1031€), et il a payé. On l’a fait trois fois.

Mais un jour s’est arrivé aux oreilles du patron et j’ai été viré. Donc maintenant, je ne le propose plus.”

source : friday

images©bomb.tv/Mikie Hara/Graphis/Tsubasa Aihara

Articles Similaires :

13 Comments

  1. Le marché de la solitude, réelle ou imaginaire, n’a de cesse de me surprendre.
    Loin de moi l’idée de juger de sa moralité puisque la perception de celle-ci diffère radicalement d’un être à l’autre et donc que ce qui me paraitrait moral ne l’est pas nécessairement aux yeux d’un autre.

    Pour en revenir au thème principal, il me semble que ça se rapproche aussi du phénomène “d’Enjo Kosai” mais sans la contrainte et les risques de la régularité et de l’intimité de ce genre de relation.

    C’est quand même très surprenant et j’ai un peu de mal à voir la différence d’avec un service d’Escort plus classique.

  2. Une fois pour rigoler, j’ai dit à un client que je coucherai avec lui pour 100 000 yen (1031€), et il a payé. On l’a fait trois fois.

    Et dire que je vendrais mon corps pour moins que ça !

    1. l’argent nous fait vivre plus longtemps et mieux surtout, sans le capitalisme la médecine serait a la limite du ridicule, tu aurais pas d’écran FHD dans ton salon, tu aurais probablement pas de PC et en plus de sa presque tout tes passe temps n’existeraient pas, le capitalisme c’est le bien si tes un minimum doué.

  3. ouais enfin c’est pas des victime non plus, donc au final ca fait réelement de probleme a personne et comme dit plus haut, l’offre et la demande, pour le côté de l’affaire cité, c’est pas rare, ce qui est rare c’est que la police intervienne, vu que un paquet de ces endroit son tenu par des yakuza ca doit pas être évident.

  4. Bah c’est quand même pitoyable non, payer quelqu’un pour sortir avec ? Le fait qu’il existe aussi ce genre de business en occident ne change rien.

    Mais bizarrement, je trouve ça moins bizarre de payer une fille juste pour des “services sexuels” que de payer pour sortir avec, ce qui ne veut absolument pas dire que je cautionne hein xD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *