[Japon] Pourquoi les mères qui travaillent sont considérées comme des Devil Wives ?

[Japon] Pourquoi les mères qui travaillent sont considérées comme des Devil Wives ?

C’est par le biais du site BusinessWeek que nous découvrons la catégorie des mauvaises mères japonaises surnommées les Devil Wives !

Ces femmes japonaises actives qui ont décidé de reprendre le travail après avoir accouché de leur enfant sont surnommées les Devil Wives (=Femmes diaboliques), au Japon.

L’histoire de Terue Suzuki, femme mariée, représente assez bien le parcours de ces Devil Wives qui tiennent tête à une croyance qui n’a plus raison d’être à notre époque.

Après avoir donné naissance à deux enfants, Terue Suzuki a décidé de poursuivre sa carrière professionnelle grâce au soutien de son mari et de son employeur.

Mais au Japon, les femmes qui reprennent le travail après avoir accouché sont considérées comme de mauvaises mères. C’est pourquoi elles ne sont qu’une minorité aujourd’hui.

Pour cette société, une mère a l’obligation d’élever l’enfant qu’elle met au monde. Celles qui choisissent de reprendre le travail sont celles qui ne prennent pas soin de leur vie familiale.

L’économie actuelle pourrait favoriser l’embauche des femmes mais l’un des plus grands moyens de dissuasion c’est le manque de garderies adéquates. Le premier ministre, Yoshihiko Noda travaille actuellement pour résoudre ce problème.

Pour l’économie du Japon, les femmes salariées représenteraient une augmentation de la richesse du pays à hauteur de 15%. Mais la limitation des garderies, la pression des collègues et la rigidité de l’emploi sont les premiers éléments à retravailler en profondeur pour espérer changer quoi que se soit.

Selon une enquête menée par l’institut nationale de recherche et de la sécurité sociale fin 2010, 70% des couples sondés (plus de 6 000) ont répondu que les mères devraient arrêter leur travail pour élever leur enfant.

Les entreprises japonaises ont besoin de surmonter cette stigmatisation des discriminations fondées sur la grossesse et le mariage. Mais l’image compétitive entre les deux sexes dans le milieu professionnel freine également cette insertion.

source : businessweek

photo3(c) abc news

Articles Similaires :

17 Comments

  1. C’est pas parce que c’est la même chose en France (mais tout de même en moins extrême) que ça n’est pas condamnable, vous mêmes devez réaliser la caducité de cet argument.

    Mais que les japonais soient misogynes n’est pas une grande découverte en soit.

      1. En France, râler ne fait rien avancer, ça fait même reculer !
        Y a qu’a voir, on est le seul pays au 35h, et ça râle. On a des vacances et des droits sur le travail a foison, ça râle….
        Le français est juste idiot et flemmard au possible.

        1. A ce qu’il parait si le système français marche encore assez bien c’est parce qu’il y a un équilibre entre ceux qui travaillent énormément et ceux qui “flemmardent”

          et puis faut pas non plus mettre toute la faute sur les flemmards, il y en a beaucoup qui le deviennent parce qu’ils n’aiment pas leur travail, et qu’il gagnent un salaire minable, donc forcément, sa pose problème

        2. Mon dieu et parce que les autres pays ont des horaires plus durs faudrait se calmer ? C’est quoi cette pensée néolibérale ? Si on ne se faisait pas piquer nos richesses produites par les banquiers ont pourrait travailler 3 jours par semaines et avoir la retraite à 50 ans.

      1. Oui, je crois comprendre ce que tu dis,

        au final, il n’y a que le résultat qui compte…

        Mais se plaindre, c’est pas accepter certaines choses,
        faire évolue la société, c’est plus compliquer que juste se plaindre…

        mais se plaindre, c’est déjà faire savoir les choses…

        La révolution est d’abord française, avant de passer à l’Europe…
        Contrairement à d’autres pays mollasson, la France parle…
        OK, pour se disputer, mais ça ferme pas sa ***
        comme dans les pays communistes…

        Ils ont du mal à s’écouter, se plaindre, c’est facile, mais c’est en pointant
        les problèmes qu’on peut commencer à les résoudre,
        c’est toujours mieux que de pas se plaindre et subir…

        Les Français ont d’autres défauts, mais c’est pas le but du sujet,
        ici, c’est plus l’égalité des sexes; et c’est là que je dis que se plaindre est bien.

        Pour ce qui est de la flemmardise, c’est pas propre au Français,
        les Japonais sont bosseurs, mais l’Europe, c’est l’Europe ^^

        1. Oué, quand on voit les féministe arrivent à faire supprimer “mademoiselle” et plein d’autre idiotie dans le genre….
          Y a râler et râler quoi…

          1. Je ne parle pas des féministes engagés,
            mais du fait que râler a du bon ^_^

            Je me suis posé la question récemment sur le fait que pour les hommes, on ne précise pas si on est marié ou pas,
            je ne pense pas que soit idiot…

            mais mon avis est plutôt de savoir pourquoi il n’y a pas eu
            cette précision pour les hommes…

            Mais bon, c’est pas important, je suis un homme,
            donc je m’en fous un peu…

            1. Car un homme ne change pas de nom en étant marié, alors qu’une femme peu, oui.
              C’est pour ça qu’administrativement on demande.
              Mais sinon moi on me l’a déjà demandé alros que je suis un homme. On doit quand même renseigner son statut.

    1. J’avoue que je ne comprends pas pourquoi tu évoques le fait que les françaises se plaignent, sérieusement c’est quoi le rapport ? Au lieu de dire que les françaises se plaignent, c’est plutôt aux japonaises qu’il faut dire qu’elles ne se plaignent pas assez. Parce que n’est certainement pas leur situation qui est normale, et que les japonaises en sont en partie coupables en renonçant à leur vie professionnelle pour passer leur vie dans une cuisine. (oui parce qu’on parle de la limitation des garderies mais il y a également le poids de la mentalité nationale, donc hein faut arrête deux secondes)
      Enfin sérieux je comprends pas en quoi avoir des revendications et se plaindre de sa situation c’est mal ? Je t’accorde que la situation des femmes françaises est meilleure que celles des femmes japonaises, mais elle l’est moins que dans les pays nordiques par exemple.
      Avoir une meilleure situation que les japonaises est-ce que ça veut dire pour autant qu’on a pas le droit de se plaindre ? Non. Parce que l’égalité des sexes en France ça n’existe malheureusement toujours pas, et que tant que ce ne sera pas le cas il y aura toujours des femmes qui se plaindront, et ça c’est normal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *