Les Asiatiques au top dans la Résolution de Problèmes complexes | Adala News

Les Asiatiques au top dans la Résolution de Problèmes de la vie quotidienne

C’est par le biais de L’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) que nous apprenons que les japonais sont classés 3e dans la résolution des problèmes complexes de la vie quotidienne !

Japanese-high-school-students*L’enquête n’établit pas la cote par rapport à un résultat maximal à atteindre mais par rapport à la moyenne de l’ensemble des élèves ayant réalisé le test de par le monde.

En effet,  suite à une étude menée en 2012 sur des élèves de 15 ans issus de 44 pays industrialisés, L’OCDE a révélé que les japonais (6 300 japonais de 181 lycées) se hissent à la troisième place dans la résolution créative de problèmes.

Le test PISA examine la capacité des élèves de 15 ans à résoudre des problèmes complexes qui n’ont pas un type évident de solution, en utilisant leurs connaissances et compétences.

A noter que Singapour est en tête du classement suivi de très près par la Corée du Sud. La France est en 12e position et les États-Unis au rang 16. (partie Résolution de Problèmes)

L’étude consistait à environ 20 questions basées sur des situations réelles, telles que la recherche de régularité dans le mouvement d’un robot nettoyeur, l’achat d’un billet spécifique à partir d’un distributeur automatique, bref, le genre de problèmes difficiles à résoudre avec seulement des connaissances académiques.

OCDE-PISA-2012Informations complémentaires :

22,3% des lycéens japonais se sont classés dans les meilleurs dans la résolution de problèmes. Cela signifie  qu’ils étaient capables systématiquement de résoudre n’importe quel scénario complexe simplement grâce à leur réflexion.

Les élèves ayant de faibles compétences en mathématiques réussissent mieux à résoudre les problèmes que ceux ayant un niveau élevé.

La Corée du Sud et Singapour, se sont illustrés particulièrement sur les problèmes qui nécessitent la compréhension, la formulation ou sur de nouvelles connaissances, par rapport à d’autres types de problèmes.

sources : OCDE, jiji press

14 Comments

  1. Leurs problèmes de vie je m’en tape un petit peu, si ils pouvaient plutôt résoudre leurs problèmes dans l’industrie du jeu vidéo et de l’animation, ça m’intéresserait on ne peut plus.

      1. Mais foi quelle répartie…

        A propos ne trouves-tu pas qu’il est étonnant que même 150 après son énonciation l’hypothèse de Riemann ne soit pas démontré ? J’aimerais dire qu’il serait de première importance de centrer les recherches en mathématiques la dessus mais tu risquerais de me répondre “Tu n’as qu’à la résoudre toi-même !”, et je n’aurais absolument rien à répliquer…

  2. “Les élèves ayant de faibles compétences en mathématiques réussissent mieux à résoudre les problèmes que ceux ayant un niveau élevé.”

    Ah bon? Pourtant les mathématiques développent grandement le sens de la logique

    1. C’est simplement logique: les élèves possédant de haute compétence vont chercher midi à 14 heure ,persuader que le problème est très difficile alors que ceux ayant de faible capacité essayeront de le résoudre qu’avec leur seul compétence ce qui permet de chercher simplement.

        1. Non. Quand on a des “compétences mathématiques” on ne cherche pas midi à quatorze heures justement, on va droit au plus simple, au plus élégant.

    2. c’est vrai mais un mec a dit un jours “la logique est fait pour ne pas toujours être respecter”
      de plus certains problèmes se ressoudent par expériences ou par autres choses que la logiques. (exemple: un problème de couple, il faut avoir du bons sens et pas que de la logique)
      le monde ne se ressoude pas par a=b
      après oui les maths développe la logique

      1. La logique développe aussi le bon sens, après ce sont la morale (éducation) et le comportement qui interviennent (dans les problèmes de couples par exemple).

        Adala donne peu de précisions sur les questions posées mais quand je lis “la recherche de régularité dans le mouvement d’un robot nettoyeur, l’achat d’un billet spécifique à partir d’un distributeur automatique,” pour moi ça s’oriente plus vers des problèmes de logique et de bon sens, pas des problèmes d’amour/société/politique où effectivement la logique n’a pas souvent sa place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *