Les raisons de l'échec de Gainax (Evangelion, Gurren Lagann) | Adala News

Les raisons de la déchéance du studio Gainax (Evangelion, Gurren Lagann)

C’est par le biais de Fabien Vautrin, traducteur de manga & ex-directeur artistique aux éditions Kurokawa, que nous découvrons les dessous de la faillite du studio Gainax !

Dans une longue interview, le réalisateur Hideaki Anno (saga Evangelion) revient sur les liens entre la licence Evangelion et le studio Gainax suite à l’inculpation de Tomohiro Maki, l’actuel président du studio.

En Décembre 2019, Tomohiro Maki (50 ans), président du studio Gainax depuis 2015, est arrêté suite à la plainte d’une adolescente qui révèle avoir été contrainte de poser nue et avoir été touchée (entre le 6 et le 23 Février 2019). Tomohiro Maki la formait à des séances photos de l’industrie du divertissement (l’adolescente voulait devenir seiyuu).

CONTEXTE :

Le studio Gainax a été fondé en 1984 par neuf amis de fac pour assurer la production du film Les Ailes d’Honnéamise réalisé par Hiroyuki Yamaga (et sorti en 1987).

Dès 1992, quatre des fondateurs du studio quittent Gainax pour créer le studio Gonzo (Basilisk, Afro Samurai, Full Metal Panic!, Welcome to the NHK).

À l’époque, Hideaki Anno considérait que la créativité avait la priorité sur tout le reste et que la bureaucratie était son ennemi. La gestion financière et humaine du studio Gainax étaient alors calamiteuses.

Le studio Gainax a survécu tant bien que mal jusqu’en 1995. Heureusement, la série animée Evangelion (26 épisodes), qui sort à cette date, est un énorme hit et devient une manne financière pour le studio.

Selon Hideaki Anno, les choses avaient alors pris une direction étrange, mais il n’imaginait pas encore que Gainax serait mêlé un jour à une affaire de mœurs.

Quand cette affaire d’attouchements sexuels sur mineur sort dans la presse, de nombreux articles associent, dans leurs gros titres, le studio Gainax et son dernier hit Evangelion, au nom du président (Tomohiro Maki). Les journalistes instaurent, indirectement, un flou sur les agissements d’Anno et des ex-employés du studio.

Tomohiro Maki (ci-dessous) arrive en poste à Gainax en 2015. Anno ne l’a donc jamais connu.

Pour rappel, Anno et les animateurs qui ont travaillé sur Evangelion, sont partis de Gainax dès 2006, lors de la création du studio Khara, présidé par Hideaki Anno lui-même.

En tant que créateur d’Evangelion et président du studio Khara, Anno a pour devoir de protéger son œuvre ainsi que tous les employés de son studio éclaboussés par cette affaire. En donnant sa version, il espère éviter les amalgames.

À l’origine, le réalisateur Hideaki Anno (créateur d’Evangelion) et son sponsor principal King Records, ne souhaitent pas produire la série animée Evangelion au sein de Gainax, pensant que le studio n’avait pas le staff suffisant pour assurer seul un tel projet.

Mais Takeshi Sawamura, président de Gainax à l’époque, insiste pour le produire et fait appel à des sociétés externes pour assurer l’animation (ndt. Tatsunoko Production).

Par chance, la série est un succès et Gainax peut rembourser ses dettes. Anno n’a pas d’intéressement sur les ventes. Il est simplement payé pour son travail de scénariste et réalisateur.

Les recettes de la série animée reviennent au comité de production dont Gainax ne fait même pas partie. Le studio gagne de l’argent grâce aux CD-ROM et aux jeux produits en interne.

King Records, comprenant que cette répartition est injuste, décide en 1997 de transférer la gestion de la licence Evangelion à Gainax. L’argent commence alors à couler à flots, et selon Anno, c’est à partir de ce moment que le studio perd réellement pied.

Les premiers déboires :

Avec les royalties faramineux que rapporte la licence Evangelion, Gainax se lance dans de nombreux projets. Malheureusement, ce sont majoritairement des échecs commerciaux (comme Kareshi Kanojo no Jijo en 1998). Personne à la direction ne se remet en question car la corne d’abondance Evangelion comble toutes les dépenses fastueuses et les erreurs de gestion.

En 1999, ce désordre mène à l’arrestation de Takeshi Sawamura, président de Gainax, pour fraude fiscale.

Suite à cet événement, Hideaki Anno est convoqué par TV Tokyo (ndt. diffuseur d’Eva) pour s’excuser. C’est seulement à ce moment qu’il prend connaissance des profonds problèmes de gestion financière du studio Gainax.

Hiroyuki Yamaga succède à Takeshi Sawamura, et devient président de Gainax en 1999.

Yamaga demande à Anno d’entrer dans le comité de direction pour regagner la confiance des investisseurs. Anno, toujours aussi peu intéressé par la gestion et le management, accepte cependant d’y figurer.

Découvertes des profonds problèmes du studio Gainax :

Comme il fallait s’y attendre, la source de revenus générée par le succès Evangelion se tarit peu à peu. Autour des années 2003-2004, on entend même la direction dire : « Ce mois-ci, c’est juste ».

Pour la première fois, Anno prend ses responsabilités de directeur et se plonge dans les rapports financiers pour comprendre ce qui se passe réellement.

Il y trouve entre autres d’énormes écarts salariaux au sein du studio. Certains employés continuent même à être payés une fortune alors qu’ils ne travaillent plus vraiment. De plus, le gros de la masse salariale est consacrée aux gestionnaires et non aux créateurs.

Anno insiste de nombreuses fois, même après son départ en 2005-2006, pour que la gestion financière soit remise à plat. Mais il n’a semble-t-il, jamais été entendu.

En 2004, Gainax est sauvé par un plan de recapitalisation et par les revenus du pachinko Evangelion qui est un énorme succès.

Mais les mauvaises habitudes ont la vie dure. Dès que l’argent recommence à couler, la direction retombe dans ses travers passés et lance de nombreux projets sans avenir (Kono Minikuku mo Utsukushii Sekai, Melody of Oblivion, He is My Master). Anno, dégoûté de ne pas être écouté, décide de quitter le comité de direction.

La séparation entre Hideaki Anno & le studio Gainax :

Hideaki Anno met de côté le projet original sur lequel il travaille, et décide de se remettre à la tâche sur un nouvel Evangelion. Un projet qu’il considère salvateur pour lui et pour le monde de l’animation stagnant depuis des années. À aucun moment, il ne considère le produire au sein de Gainax.

Selon Anno, le studio Gainax, qui n’est alors plus le même, n’aurait pas pu supporter la production des nouveaux longs métrages Evangelion comme il l’envisageait. Il ne voulait pas non plus interférer avec la jeune génération à l’œuvre alors sur la série animée Gurren Lagann (2007 – 27 épisodes).

Mais la raison principale de son éloignement de Gainax est  qu’il veut contrôler la gestion financière et redistribuer plus équitablement aux créateurs les bénéfices de leur travail.

C’est dans cette optique qu’il décide de créer le studio Khara en 2006 et de produire sa nouvelle saga de films animation Evangelion.

Les débuts du studio Khara :

À l’origine, le studio Khara est un simple bureau pour Anno et son assistant. L’animation des nouveaux films Evangelion devait donc être confiée à un autre studio d’animation. Grâce à de nombreux soutiens, Anno peut finalement monter une entreprise et assurer cette tâche.

Avec la création du studio Khara, Anno démissionne logiquement de son poste de comité de direction de Gainax. Le président Hiroyuki Yamaga insiste pour qu’il reste employé de Gainax encore quelques mois pour assurer la transition (Yamaga quittera ses fonctions de président du studio Gainax en 2007).

Evangelion est l’oeuvre créée par Anno. Un reversement de royalties est donc négocié sur les produits dérivés liés à Evangelion, tout en laissant le contrôle de la licence à Gainax.

La raison évoquée est que le studio Khara est encore une petite structure qui se concentre sur la production des nouveaux films Evangelion. De plus, la personne en charge du licensing chez Gainax connait très bien son sujet (ndt. Yasuhiro Kamimura passé depuis chez Khara).

Partage des recettes entre le studio Gainax & le studio Khara :

Dans la répartition convenue, le studio Gainax garde une partie des revenus liés aux précédentes productions Evangelion ce qui lui permet de continuer à exister. Ce partage évolue lors de la production du film Evangelion 2.0 en 2008 (Gainax devra céder l’entièreté des royalties dans quelques années). Mais Gainax continue à toucher de l’argent et à reverser le reste au studio Khara.

Gros coup dur supplémentaire pour Gainax, puisqu’en 2011, une bonne partie de ses effectifs part pour créer le studio Trigger (Kill la Kill, Little Witch Academia, SSSS.Gridman, Promare) avec le réalisateur Hiroyuki Imaishi à sa tête.

Les retards de paiement de Gainax envers Khara commencent à s’accumuler à partir de l’année 2012, et un échelonnement des créances est mis en place.

Anno précise que l’argent reversé à Khara ne concerne que Evangelion et qu’il ne touche rien sur ses autres œuvres (Top o Nerae ! Gunbuster, Nadia le secret de l’eau bleue, Kareshi Kanojo no Jijo, Re: Cutie Honey), qui sont encore sous tutelle Gainax.

En 2014, Anno reçoit un appel de Yasuhiro Takeda, membre fondateur de Gainax : « Il faut que tu nous prêtes 100 millions de yens (environ 820 000€). Sans ça, dans 3 jours, c’est la faillite assurée ».

Alors même que Gainax lui doit déjà une énorme somme d’argent, Anno accepte au nom de leur longue amitié et en soutien à une entreprise en difficulté dans le milieu de l’animation. Une décision qui peut sembler déraisonnable à posteriori comme il le reconnait.

Sentant qu’il ne pouvait plus laisser la gestion de la licence Evangelion à Gainax, Anno négocie d’avancer d’un an la restitution du contrôle total des royalties de Evangelion au studio Khara. C’est sa seule condition, le prêt est même à taux 0% s’il est remboursé selon le planning établi.

Gainax rompt tout lien avec le créateur d’Evangelion :

En 2014, Anno tente aussi de récupérer les droits des œuvres auxquelles lui et les membres de Khara ont contribué : Top o Nerae ! Gunbuster, Top o Nerae 2 ! Diebuster et FLCL. Des négociations s’engagent avec Yamaga et Takeda, un premier accord semble en bonne voie.

Mais soudain, le prix demandé par Gainax pour ces droits est multiplié par six sans aucune raison. Les relations s’enveniment et les discussions sont stoppées.

En 2015, la propriété intellectuelle de ces trois œuvres est vendue à d’autres entreprises sans qu’Anno soit consulté.

En mai 2015, Anno apprend qu’une banque est intervenue pour restructurer Gainax menant au licenciement d’une grande partie du personnel, et que d’autres œuvres auxquelles il n’avait pas participé ont déjà été cédées à des tiers.

Anno demande à plusieurs reprises des explications, il propose même son aide pour remettre le studio Gainax sur pied. La seule réponse qu’il reçoit de Gainax est la suivante : « Nous n’avons aucun problème de gestion et nous rembourserons comme convenu. ».

Le studio Gainax tente de survivre coûte que coûte :

C’est dans ces conditions troubles qu’est créé Gainax Fukushima, une filiale à part entière de Gainax devenue ensuite indépendante, et dont le contrôle a été transféré à Yoshinori Asao.

Même s’il n’a aucun lien avec Evangelion, Gainax Fukushima joue sur l’approximation, afin d’en tirer des bénéfices. La société est rachetée en 2018 par un grand groupe immobilier japonais et est renommé Gaina.

À partir d’avril 2016, les paiements du studio Gainax à Khara prennent à nouveau d’importants retards. Malgré les relances, aucune réponse n’est donnée de la part de Gainax. C’est alors que de nombreuses sociétés estampillées Gainax sont créées à travers tout le Japon.

Avant Fukushima Gainax, il y avait eu Yonago Gainax dans la région de Tottori. Puis Gainax West en avril 2016 dans la région de Hyogo et Gainax Niigata en juillet de la même année. À chaque fois, Anno est mis devant le fait accompli.

Anno précise que Gainax West est impliqué en 2017 dans un projet de revitalisation de la ville de Kobe à travers la création d’anime. Celui-ci tourne court tout en ayant coûté beaucoup à la municipalité. Selon lui, l’utilisation du nom Gainax avait pour seul but d’attirer des financements.

C’est à ce moment qu’une rumeur commence à courir. Gainax cherche à se vendre à une entreprise étrangère. Anno a même été contacté par un acheteur potentiel qui lui a demandé « Si j’achète Gainax, est-ce que vous pouvez réaliser un film pour nous ? ».

Au-delà de la dette financière, Hideaki Anno s’inquiète que les œuvres et le matériel de production, encore en possession du studio Gainax, soient dilapidés aux quatre coins du monde. Il pense notamment aux tout premiers projets créés alors que lui et ses amis étaient encore indépendants.

L’héritage de Gainax menacé

Une première injonction de remboursement des créances est déposée le 1er Août 2016. Le but est qu’une saisie soit organisée chez Gainax afin de préserver ce qui pouvait encore l’être.

Le 9 Septembre 2016, Khara attaque Gainax en justice pour défaut de paiement. Le jugement est rendu le 23 juin 2017 donnant raison à Khara.

Il s’avère qu’une grande partie des œuvres et des éléments originaux de production ont été transférés discrètement à Gainax Fukushima (désormais Gaina) sans qu’aucun des créateurs concernés n’ait été prévenu.

C’est l’organisation à but non lucratif ATAC (Anime Tokusatsu Archive Centre), fondée fin 2016 sous l’impulsion du studio Khara, qui est en charge de la préservation des originaux qui ont pu être récupérés auprès de Gainax et d’anciens collaborateurs.

Le 30 Septembre 2016, tout le staff du studio d’animation au sein de Gainax est licencié pour être transféré immédiatement au sein de Gainax Fukushima Tokyo Studio (désormais Gaina). Il ne reste plus rien du Gainax d’avant. Le studio Gainax Kyoto est fondé en Novembre 2016.

Cela fait plus de 3 ans et demi que les paiements de Gainax envers Khara ont cessé. Khara n’a reçu ni explication, ni excuse de la part de la direction. Et pour couronner le tout, un inconnu,Tomohiro Maki, est nommé à la tête du studio Gainax en tant qu’actionnaire majoritaire.

Tomohiro Maki est aujourd’hui inculpé pour détournement de mineur. Anno tient aussi pour responsable le comité de direction de Gainax, qui n’a pas su gérer, selon lui, la situation correctement vis-à-vis de son staff et de ses créanciers.

Enfin, Hideaki Anno déplore qu’une société qu’il a aidé à créer avec ses camarades d’université voie son héritage terni à jamais par cette affaire. Anno précise à regret que leurs relations ne pourront jamais plus être comme avant, et réitère sa peine pour la victime.

AMV Evangelion 1.0~3.0 :

Pour rappel, le quatrième et dernier film animation Evangelion 3.0+1.0 (Shin Evangelion) du studio Khara est prévu le 27 Juin 2020 dans les salles japonaises.

sources : diamond,  traduction faite par fabien vautrin / image carte : gainax.fr

17 Comments

  1. Anno a bien fait de ce dissocier de ce studio en créant Khara pour produire les rebuild. Quand le nom Gainax sera terni à jamais des suites des frasques des mauvais gérants qui ne cherchent qu’à se faire du pognon sur le dos des méritants, et que ce studio (et toutes les sociétés “empruntant” le nom) mettra définitivement la clé sous la porte, espérons qu’ils ne s’essayeront pas à attaquer Khara. Non pas qu’ils aient une chance de gagner quoique ce soit, mais qu’ils arrêtent de tourmenter ceux qui ont fait de ce studio ce qu’il était à son apogée.

    1. Evangelion est ce que l’on appelle un projet transmédia. Le manga et l’anime ont été créé pratiquement en même temps. Ce n’est cependant pas important car le scénario du manga est aussi d’Anno, c’est vraiment lui qui le créateur d’Evangelion.

    2. Non pas du tout. À la base c’est bien une série animée réalisée et scénarisée par Hideaki Anno. Plus tard Evangelion est adapté en manga par Yoshiyuki Sadamoto.

      1. Non. La production de l’anime a débuté avant celle du manga mais le manga est bien sorti avant. Le projet de Gainax était bien de faire du transmédia comme ça a été dit plus haut.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *