[Critique Anime] Moshidora

Moshidora est un roman de Natsumi Iwasaki qui est adapté en anime (Avril 2011) par le studio Production I.G, à travers 10 épisodes !

Une série qui connait un démarrage assez bon pour étonner le spectateur avec une fin incroyable.

HISTOIRE :

Le début de la série est assez simple, la dynamique Minami prend la direction de l’équipe de base-ball du lycée de son ami Yuuki, qui est hospitalisée en raison de son état de santé.

Pour revitaliser une équipe déprimée, Minami trouve le livre « Le Management : Tâche,  Responsabilités,  Pratiques » par Peter Drucker, utilisant ses principes sur la gestion d’affaires pour mener l’équipe de base-ball à la victoire.

Ce mélange entre équipe sportive scolaire et management rappel dans cet aspect, Spice & Wolf qui mélangeait conte romantique avec économie médiévale de manière remarquable.  Ici Moshidora arrive tout aussi bien à harmoniser deux domaines différents pour créer une ligne commune pertinente.

L’ensemble de la série offre à chaque épisode un temps à l’exploration de la jeune Minamidans les principes de la gestion d’affaires et un temps à la manière dont elle les applique aux différentes taches de l’équipe de base-ball.

*S’il vous plaît soyez conscient qu’en lisant les Impressions, vous découvrirez un spoil majeur, plus loin dans cet article

IMPRESSIONS :

Moshidora étonne dans son contenu. Plus qu’un simple anime sur une équipe sportive scolaire, il entre en détail dans les éléments de gestion, tout en créant un lien fort entre les deux amies d’enfances Minami et Yuuki, qui devient au fil des épisodes, un des piliers de l’histoire.

En tant que téléspectateur, on pourrait ne pas prêter autant attention à Yuuki dans un premier temps et on pourrait l’écarter de l’histoire en raison de sa présence à l’hôpital, loin du lieu des actions, mais vous manqueriez beaucoup de signes indicateurs en chemin.

L’importance de son lien avec Minami va apporter par la suite un réel drame à l’histoire(décès de Yuuki), ce qui permet d’accrocher les épisodes jusqu’à la fin mais également de mieux comprendre le torrent émotionnel par lequel passe Minami.

En on voit comment pendant la dernière partie de la série, les épisodes se concentre principalement sur la relation de Yuuki et Minami, comment sa mort affecte Minami, l’équipe entière aussi bien que la perspective de l’héroïne par rapport au base-ball et ce qu’elle a fait jusqu’ici.

Souvent utilisé dans les histoires japonaises, on ne peut pas s’empêcher de sentir trop de scènes où Minami interagit avec Yuuki décédée comme si l’esprit de Minami créé l’image de Yuuki pour répondre aux profondes questions qu’elle se pose au fond de son cœur.

À côté, la série présente plusieurs personnages qui travaillent pour réaliser un objectif, cela montre comment quelqu’un comme Minami peut apporter son aide, en recevoir, avoir une vie remplie et aussi de jouer un rôle important pour chacun des personnage même après que ses rêves aient été si brutalement anéanties.

Pas besoin d’être fan d’animes de sport pour comprendre que Moshidora est une série sympa, tout comme a pu l’être Mahou Shoujo Madoka Magica, bien que ce dernier soit toujours plus épique.

L’animation faite par la Production IG est plutôt convenable et réussie sur l’ensemble des épisodes. Les défauts sont à peine remarquable et les scènes d’action sportives sont réelles avec une très bonne fluidité dans l’enchainement de l’action.

Un changement bienvenu, comparé à beaucoup d’autres séries, est que tous les personnages ont des dimensions réalistes (personnalité, comportement), des visages et de vrais couleurs de cheveux (sauf exception de…).

Les décors de la série sont bons car ils sont souvent soumis à des images d’illustration de fond comme dans le style d’une peinture, avec la mise en avant sur les personnages, l’action sportive ou d’autres évènements.

Le soin apporté aux génériques sont très agréables à écouter comme l’opening de la chanteuse Azusa – Dream Note et le mélancolique ending Daisuki da yo de Momo.

NOTE : 16/20

À vous qui aimez les séries sportives ou des animes avec de fort liens d’amitiés et des drames, je ne peux que vous recommander « Moshidora » comme l’une des pépites de ce printemps 2011.

*Article écrit par Lygatt

Promotion Vidéo (mauvaise qualité) :

Staff Animation :

Auteur : Natsumi Iwasaki (roman)
Illustrateur 
: Yukiusagi (roman)
Studio : 
Production I.G
Réalisateur : 
Takayuki Hamana (Prince of TennisTV/Films, Sisters of Wellber TV S1&2) 
Scénariste 
: Junichi Fujisaku (The Innocent, Blood+, Moshidora Real Drive)
Character Design 
: Chieko Miyakawa
Responsable d’animation 
: Chieko Miyakawa
Directeur artistique 
: Hiroshi Ohno (Le Chevalier D’Eon, Hells Angels)
Musiques 
: Jun Sato

Casting Seiyuu :

Minami : Hikasa Youko (Infinite Stratos: Houki, Kore Ha le Zombi Desu Ka: Sera, K-ON!: Mio)
Yuuki : Hanazawa Kana (Infinite Stratos: Charlotte, Angel Beats: Kanade, Otome Youkai Zakuro: Susukihotaru)

©moshidora production comittee, production I.G

Articles Similaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *