Le manga A Certain Magical Index, en extrait à lire | Adala News

Le manga A Certain Magical Index, en extrait à lire

C’est par le biais de l’éditeur, Ki-oon, qu’ont été mises en ligne les premières pages à lire du manga A Certain Magical Index de Kazuma KAMACHI (scénariste) et Chuya KOGINO (dessinateur) !

Les tomes 1 et 2 sont prévus le 5 juillet 2012 à 6,60€.

Synopsis :

Tôma est victime d’une mauvaise blague jouée par le destin : il dispose d’un don extraordinaire, celui d’annuler tout pouvoir surnaturel. Mais dans la Cité Académique, la ville fourmillante d’étudiants en sciences occultes où il vit, cette capacité pourtant incroyable ne lui attire aucune estime. Comble de l’ironie, à chaque fois qu’il utilise son pouvoir, une terrible malchance s’acharne sur lui !

C’est peut-être cette malédiction qui lui fait croiser le chemin d’Index, une jeune nonne poursuivie par d’inquiétants magiciens.

Étrange mélange de courage et de naïveté, Index a mémorisé 103 000 ouvrages de sorcellerie interdits pour le compte de l’Église. Fragilisée sans le savoir par les secrets qu’elle abrite, la jeune fille est sur le point de voir se refermer sur elle un piège mortel. Science ou magie, qui l’emportera ?

Le manga To Aru Majutsu no Index (A Certain Magical Index) de Kazuma KAMACHI (scénariste) et Chuya KOGINO (dessinateur) a débuté en 2006 dans le magazine Shonen GanGan (Square Enix) et dénombre actuellement 9 tomes reliés, au Japon.

Tome 1 : Extrait à lire

source : ki-oon

Articles Similaires :

9 Comments

  1. je suis désolé mais quand c’est quelque chose qui appartient à une culture spécifique, tu n’ aucun droit de la transformer. Le titre d’une oeuvre c’est très important, on ne peut en aucun cas le traduire à la légère, il en va de la propriété culturel de l’auteur de l’oeuvre. Par contre, si l’auteur est d’accord avec la traduction établi, il n’y a plus aucun problème.

    1. … Tout d’abord, un titre ne pourrait être importé dans un autres pays, distribués, et engranger des bénéfices sans l’accord de l’auteur : c ‘est ce qu’on appel des droits d’auteur. Il est donc évident que l’auteur, ou tout du moins l’organisme qui s’occupe de représenter l’auteur est d’accord…

      Ensuite, comme je l’ai déjà dit, lorsqu’on prévoit de vendre des produits tels que des livres etc. dans le but d’attirer le lecteur il est important que le titre lui évoque quelque chose. A titre d’exemple, prenons To aru majutsu no index… pour la plupart de la population francophone, le titre ne veut absolument rien dire. Mais si tu le traduis ” A certain magical Index, étant donné qu’il y a déja beaucoup plus de personnes parlant anglais, le titre devient plus accessible a plus de personnes car compréhensible ce qui le rend plus attractif. Forcément, tu es plus attiré par les choses que tu comprends…

      Ce n’est donc pas comme tu le dis “une traduction à la légère”, il y a un but marketing derrière.

      Je pense que les personnes que cela dérange sont celles qui ont déjà eu vent de l’oeuvre, qui la connaissent par son nom japonais via tous ce qui est scanlation et fansub, mais les licences ne s’adressent pas à ces personnes-là. Dans un premier temps leur but est de faire DECOUVRIR ces oeuvres, et ultimement évidement de faire de l’argent.

    1. je ne suis pas d’accord, la traduction a un sens… et il est également logique de vouloir traduire le titre de l’oeuvre dans la mesure où on ne s’adresse pas à un publique supposé comprendre le japonais non ?

  2. c’est là qu’on se dit que même si les noms jap sont plus long, ils sont préférable à une trad comme celle-ci… Sinon bonne nouvelle.

  3. To Aru Majutsu no Index en France ? Je vais acheter ça le jour même de la sortie voir même un peu avant !

    Ce n’est pas en juillet non plus que je resterai dans mon budget…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *