L'anime Tsuki ga Kirei : L'histoire des premiers amours !

L’anime Tsuki ga Kirei : L’histoire des premiers amours !

La série animée Tsuki ga Kirei (12 épisodes) a débuté en Avril 2017  au Japon & en France (crunchyroll.fr).

Avant de commencer à parler de l’anime en lui-même, un petit mot au sujet du titre. “Tsuki ga Kirei” qui veut dire littéralement “la lune est belle” a une autre signification.

L’auteur Natsume Soseki (romancier de l’ère Meiji) aurait traduit “I love you” par la phrase Tsuki ga kirei desu ne (la lune est belle, n’est ce pas ?) considérant que cette expression reflétait mieux l’expression des sentiments amoureux au Japon.

Une expression poétique et un titre tout indiqué pour une romance !

Genre : School Life, Tranche de vie, Romance

Synopsis :

Les années collège dans la ville de Kawagoe.

Kotaro travaille dans une librairie et il aimerait devenir écrivain. Akane est une jeune fille pleine d’énergie qui adore courir.

Ils se retrouvent tous les deux dans la même classe et doivent s’occuper des équipements d’un festival de sport. Une relation naît doucement, malgré leurs caractères opposés, notamment à travers les nombreux échanges qu’ils ont sur LINE, une application smartphone de discussion.

Mais il faut aussi compter sur Takumi, amoureux de Akane depuis le début, ou encore Chinatsu, qui a des vues sur Kotaro. Le printemps réserve bien des surprises…

Review :

Rentrons maintenant dans le vif du sujet. Et bien ma foi cet anime est fort sympathique, c’est même plutôt bien réussi dans son genre !

C’est mignon sans être trop niais, l’histoire des premiers amours quoi !

Et quand je dis premiers amours c’est totalement ça : des moments de blanc un peu gênant au premier baiser en passant par se tenir la main en public pour la première fois et les premières jalousies. Une histoire plutôt réaliste car elle nous rappellerai presque les notre, de premiers amours !

Le tout avec des personnages attachants. On a envie de voir évoluer la relation entre Kotaro et Akane, qui malgré leur timidité apprennent à communiquer leur sentiments.

Mais les personnages secondaires ne sont pas en reste, notamment Chinatsu et Takumi eux aussi découvrent de nouveaux sentiments et se confrontent à un, parfois douloureux, amour à sens unique.

La musique est plutôt sympa aussi, elle est en accord cette romance adolescente : douce et calme.

Les opening et ending interprétés par Nao Touyama sont totalement dans l’esprit de la série.

Niveau animation… comment dire… les parties en 2D sont tout à fait correctes même plaisante avec des couleurs douces qui reflètent l’univers de Tsuki ga Kirei. Et puis là, ça passe en 3D et je peux vous dire que ça pique un peu les yeux !

Pour faire bref, pour les scènes de foules et les personnages en arrière plan on a la chance d’avoir en guest star une armée de robots, et ce pour toutes les scènes en 3D. Ces personnages ont juste une démarche pas du tout naturelle. Et si ça choque aux premiers épisodes, on en vient à y faire abstraction au fur et à mesure.

Mis à part ce souci d’animation (qui concerne les arrières plans), Tsuki ga Kirei a le mérite de bien traiter sa romance et d’impliquer pleinement ses personnages dans ce qu’ils vivent grâce à leur quotidien finement mis en scène.

NOTE : 8/10

“Une histoire simple qui est agréable à voir. Les amateurs de romance seront ravis !”

Teaser Vidéo :

Staff Animation :

Studio : Feel
Réalisateur : Seiji Kishi (Assassination Classroom, Yuki Yuna wa Yuusha de Aru)
Scénariste : Yuuko Kakihara (Digimon Adventure tri, Aikatsu Stars, Undefeated Bahamut Chronicle)
Character Design Original : loundraw
Character Design : Kazuaki Morita (Assassination Classroom, Danganronpa TVs, Game of Laplace)
Directeur Artistique : Yukari Yasuda (Touken Ranbu Hanamaru, Time Travel Shoujo)
Musiques : Takuro Iga (Fuuka, Mahou Shoujo Ikusei Keikaku, Hidan no Aria AA)

© feel./Seiji Kishi/Tsuki ga Kirei Production Committee

Articles Similaires :

25 Comments

  1. On se demande quelle est la part de romance et de slice of life
    avec des personnages timides et d’autres dont on ne sait rien.

    Moi, je trouve ça plutôt moyen à cause de ce manque de présence et de latence,
    c’est un peu captivant au début, mais on voit très vite que ça tourne en rond.

      1. La mauvaise foi serait de le placer parmi les meilleurs animés.

        Peut-être ai-je mal choisi mes mots, donc je vais citer dans les faits :

        – héros passifs/timorés qui font penser à un mariage arrangé où l’amour viendrait après
        – histoire qui évolue lentement
        – dialogues à battons rompus quand les héros sont seuls
        – quand ils sont seuls ou se téléphonent, ils n’ont rien à se dire d’intéressant
        – personnages secondaires dont on sait peu de choses : plus là pour la déco
        – potes relou qui frappent le héros comme un gosse du primaire
        – lieux communs (triangle amoureux, amis à côté de la plaque : Orange ?)

        Une romance en théorie, mais en pratique, c’est plus un slice of life.

        1. @ro : C’est ce côté “réaliste” d’une romance telle que l’on pourrait la voir chez des collégiens comme dit Quanty (en tout cas, ça veut s’en approcher et j’imagine que c’était voulu). Et pour les couples de timides, c’est lent et peu dégourdi, c’est le revers de la médaille.

          (au passage, tes mots était bien choisis je trouve, sans mauvaise foi, c’est juste que ça se braque de plus en plus facilement dans les c’omms)

  2. Cette serie m’a été recommandée par ma copine et je pensais que ça allait être niais mais pas du tout. C’est bien réalisé et il y a de bons cliffangers pour donner envie de voir la suite.

  3. Ça fait longtemps que je ne suis pas tombé sur une romance qui m’a plu mais si tout le monde s’accorde à dire que ça vaut le coup d’oeil alors je vais tenter ! ^^

  4. Je l’ai vu et c’est vraiment sympa à regarder. La romance est bien construite, le comportement des personnages est réaliste et on s’attache vraiment aux deux protagonistes.

  5. Faut reconnaitre que pour une fois on évite certains clichés et stéréotypes qui gangrène ce genre d’anime et ça fait du bien, c’est assez subtil comparé à ce qu’on nous sert habituellement.
    En revanche on a du mal à croire qu’ils ont 15ans, on a plus l’impression d’assister à un 1er amour de 6ième tellement les personnages sont longs à la détente.
    Le problème de rythme vient surtout de la passivité du personnage principal, il y a trop peu d’évolution de ce côté là et à la longue cette mollesse énerve plus qu’autre chose.
    Que dire de la scène où il laisse pleurer la fille qu’il aime en restant comme un con devant elle sans rien faire.

    Cela dit le tout reste sympa malgré une fin discutable.

    1. Mais on reste sur des lieux communs (sport, senpai, sœurs, parents, secrets, amour interdit.)
      Dans les grandes lignes, Hibike! Euphonium était pareil.

  6. La 3D était pas spécialement dérangeante parce que même l’animation 2D était mauvaise (surtout vers le milieu où il y a quasi que des erreurs)
    Sinon, un excellent anime, en effet.

  7. Je n’ai rien remarqué pour la 3D, je n’ai vraiment aucune perception à ce niveau là, c’est assez troublant haha.
    Je bien aimé, mais trop mou à mon goût. Et puis enfin une conclusion ! Ça change des persos qui tournent autour du pot pendant 5000 épisodes pour au final ne jamais avoir de conclusion…

  8. Comme quoi on peut encore faire de belles choses (si on enlève cette 3D immonde, on est d’accord, mais une fois abstraction faite comme mentionné, c’est bon) avec des thèmes c’onnus quand on s’applique dans le genre romance.

    Pas besoin de fanservice, de situations loufoques (j’entends “zéro crédibilité”), de violence gratuite, de filles exclusivement *dere (tsun-, kuu-, yan-, dere-,…). Le studio feel a vraiment fait sensation avec ce titre.

    Et cette review est très honnête et bien pesée 😉 .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *