Les Animes School Life loin de la réalité selon les japonaises

Les Animes School Life ne représentent pas la réalité selon les étudiantes japonaises

C’est sur le site étudiant japonais Gakumado que nous apprenons à quel degré les séries animées mettant en scène des lycéens/lycéennes dans leur quotidien sont loin de représenter la réalité !

Si l’animation japonaise a toujours eu un penchant pour mettre en scène des adolescent(e)s dans leur quotidien (school life/tranche de vie), les différences entre la fiction et la réalité peuvent être majeures.

Ainsi une enquête a été menée auprès de 114 étudiantes d’université pour s’exprimer sur Anime school life vs réalité à travers 4 axes principaux.

La liste – Anime School Life vs Réalité :

1.) Le lycéen ou la lycéenne qui vit seul(e)s

Dans les Animes: Le ou la protagoniste adolescente vit souvent seul parce que ses parents sont morts, se sont remariés ou ont déménagé à l’étranger pour travailler ou encore a sa propre résidence privée, ce qui contribue à faciliter les visites clandestines régulières de membres de sexe opposé.

En réalité: Il est peu probable de trouver un lycéen ou une lycéenne vivant seule dans un appartement ou maison au Japon.

Les 114 étudiantes n’ont tout simplement jamais entendu parler durant leur scolarité (collège et lycée) d’un élève qui vivait seul chez lui pour X raisons.

2.) Le Conseil des Étudiants exerce un pouvoir incroyable

Dans les Animes: les Conseils des Etudiants ont un rôle majeur dans l’organisation de la vie de l’établissement. Ils ont tantôt un rôle de conseil de discipline/d’autorité tantôt un rôle d’assistance aux élèves.

En réalité: Il n’en est rien. Le Conseil des Etudiants a principalement la fonction d’avertir les élèves sur le règlement intérieur de l’établissement et peut ainsi leur donner des conseils sur ce qu’ils peuvent ou ne peuvent pas faire à l’école (organiser une sortie ciné ou un anniversaire en classe, coordonner le festival du lycée, etc).

3.) Les escapades sur le toit

Dans les Animes: Voir le ou la protagoniste sur le toit de l’école ou de son logement est récurrent, presque banal. Il permet de donner au protagoniste une réflexion solitaire sur un événement passé ou à venir, ou des conversations plus intimes avec d’autres personnages voir même prendre des décisions importantes (premiers baisers, etc…).

Le toit représente donc le lieu secret où l’adolescent(e) peut s’éloigner des nuisances du quotidien pour être seul(e) mais aussi d’un endroit intime à partager qu’avec ceux qui lui sont véritablement proche.

En réalité: L’accès aux toits dans les établissements scolaires sont interdits et verrouillés à clé ou même condamnés. Donc aucun élèves n’y va jamais. Et monter sur le toit de sa maison est trop dangereux pour qu’un élève le tente.

4.) L’école est remplie de beaux garçons/de belles filles et de gens bienveillants

Dans les Animes : Tous les personnages représentés et qui ont un intérêt dans l’histoire sont généralement beaux/belles, populaires, toujours bien coiffés, un goût prononcé pour avoir un style vestimentaire original malgré l’uniforme ou des lycéens incroyablement intelligents, des élèves qui cherchent à aider les autres, des sportifs qui ont les capacités de professionnels.

En réalité : C’est pratiquement tout l’inverse. La plupart des lycéens et lycéennes ont de l’acnés, la peau grasse ou les cheveux en bataille pour les mecs. Sans parler de la mentalité puérile de l’âge qui contraste énormément avec la personnalité mature des adolescents d’Animes School Life/Tranche de vie.

Cette comparaison n’est pas une critique des Animes School Life/Tranche de vie mais il est tout de même important de rappeler que le réel n’est jamais aussi lisse que la fiction.

L’animation japonaise est composée de créateurs qui ont un contrôle complet sur leur projet. Il est donc normal de chercher à embellir l’adolescence pour favoriser une atmosphère de fraîcheur pour les téléspectateurs qui sont soient adolescents eux-même soient des adultes chez qui on va chercher la fibre nostalgique d’un moment heureux.

Dans les séries animées, chaque exagération de cette liste n’est qu’un moyen pour augmenter les jeux dramatiques et/ou à donner aux personnages un contrôle plus immédiat sur sa propre destiné, ce qui rend le récit plus passionnant et même plus réaliste.

source : gakumado

51 Comments

  1. déja je regarde presque pas c est tranche de vie et school life, s il n y a que sa, s il n y pas d action , de baston non stop, c est juste un anime tranquille des plus normal, et sa revient un peu près a la vie de tout les jours
    le seul moyen que je regarde ,s il n y a pas d action , faut qu il sort de l ordinaire(comme GTO par exemple)

    j’ai aimé de lire les 4 exemple surtout sur le dernier , j ai trop kiffer^_^

    1. Sauf que le truc, c’est que même les animés Tranche de vie sortent de l’ordinaire. Bah oui, j’ai jamais vu un conseil des étudiants aussi barré que dans Seitokai Yakuindomo, j’ai jamais vu de lycéens résoudre des “enquêtes” comme dans Hyouka et j’ai jamais vu de discussions aussi profondes comme dans les Monogatari.

      Après, je dis ça juste pour répondre au fait que tu dises que ça revienne à peu près à la vie de tous les jours. Mais sinon, je comprends totalement ton point de vue, je n’ai d’ailleurs commencé à aimer les animés calmes que très récemment.

      1. Bon, après, Monogatari ne rentre pas dans la catégorie School Life ou Tranche de vie, m’enfin, c’est pas grave, on va dire que ça répond au “Si y’a pas d’action ou de baston non stop”.

        1. Aquaulion : Si.Monogatari rentre bel et bien dans la catégorie : Tranche de vie et ce n’est pas parce qu’ il est ” atypique ” ou autres qu’il ne fait pas parti de cette catégorie à mon sens.

  2. Tout a fait réaliste j’aime bien ce genre d’article, sa remet les pieds sur terre à certain qui idéalise un peu trop le Japon c’est bien de renvoyé un peu à la réalité.
    Après…
    Pour le 1 ce cas doit concerné surtout les étudiants étranger qui vienne étudier au Japon et ils ne doivent pas être 50 milles

    2) C’est vrai qu’ils ont l’air d’avoir beaucoup de pouvoir limite des fois plus que le directeur lui même…

    3) Comme c’est surprenant surtout venant d’un pays ou le taux de suicide est le plus élevé, et encore qui sait ce qui peut ce passer d’autre sur un toit.

    4) alors sa je le dis tout de suite sa concerne pas uniquement les animes school life, et quand un perso est moche tu le vois bien car il est vraiment difforme

  3. 4.) L’école est remplie de beaux garçons/de belles filles et de gens bienveillants Non jure je pensais que le japon c’était le pays des bisounours et merde……..

  4. Pour travailler dans des ecoles japonaises, je confirme…. J’ai beau travailler dans des lycees, j’ai l’impression d’avoir des collegiens et des collegiennes devant moi. Les gamins n’ont pas le droit de moufter… Alors aller imaginer quand on doit les faire parler pendant un cours de langue…

  5. Pas surprenant et en même temps à moins d’avoir étudier le japon certains points nous sont appris ici. Le truc sur le conseil des étudiants je suis surpris, je me doutais que dans les lycées lambda ils n’avaient aucun pouvoir, mais je pensai que dans les plus prestigieux et riche c’était différent…

    Pour le toi de l’école, je n’y avais jamais vraiment réfléchi en faites. Je me disais qu’avant dans le vieux temps des mangaka c’était peut être toléré ou peu surveillé, mais avec les manga et l’évolution de nos sociétés je me doutais que c’était totalement différent maintenant… J’ai toujours cru que c’était le souvenir d’une vielle époque, dans des écoles de campagne ou un truc dans le genre en faites. Et encore comme on le voit dans le manga peu pratiqué car sans doute très peu toléré, bref pour les intrépides, faut dire que dans les écoles ou moi j’étais à moins de foutre une alarme on y serait allé sur un tel toit. Côté surveillance cela n’a jamais été terrible les écoles que j’ai connu donc forcément il y avait de quoi y croire^^

    1. Rien de surprenant pour les toits, déjà rien que pour empêcher les suicides au sein d’un établissement, d’ailleurs dans les animes les jeunes veulent generalement se suicider en sautant du toit de l’école… Evidemment qu’il faut en sceller l’accès

    2. Tu as raison sur le fait que les années 1970 quand la culture manga a commencé à se développer fortement c’était plus facile d’aller sur le toit que maintenant, et c’est là que le meme s’est développé pour continuer sa vie dans les manga aujourd’hui alors que comme écrit c’est à peu prêt totalement impossible d’aller sur le toit maintenant.

  6. ce moment où tu lis l’article juste après avoir fini OregaIru … dans une classe t’as tous les cas sociaux réuni dans un seul endroit mdr. c’était quand même obvious. Mais y a une question que je me pose : est ce que les lycéennes aiment vraiment le BL au jap ?

    1. Va dans un Animate et voit les rayons de BL enorme ! Et les conventions de Doujins, et les dizaines de Doujins dans les BOOKOFF ! Bien sure qu’il y’a des japonaise fujoshi et elles sont traité comme en france, comme des gens bizarre : pour rappel fujoshi veut dire fille pourri !

  7. La vache, j’hésite entre dire que cet article tape fort ou qu’au contraire, il gagne un Award 2017 de “Merci, Captain Obvious !” bien mérité ^^’

    Nan mais sans rire, y’a pas besoin d’un sondage pour savoir que Vie =/= Anime

    Pour vous dire, je sors de Busou Shoujo Machiavellianism et la lecture de cet article bien fait rire. Et pourtant malgré tout j’apprends “quelques trucs”, surtout un en fait.
    Il s’agit du point qui concerne le Conseil des Étudiants, et j’apprends que leur pouvoir n’est pas ce qu’il a l’air d’être au final. Un peu comme dit Aure94100 plus bas => un peu surpris et déçu.

    En bref : LAIFU ISN’T ANIMU o/

    1. c’est comme avec le père noel, les tsunderes existent tant qu’on ne te dit pas la vérité xD ! mais bon les yanderes existent, pas au même degrès que celles qu’on trouve dans les animes mais on peut bel et bien en trouver, surtout au Japon (j’ai déjà lu pas mal d’histoires dans le genre) et puis suffit de voir les femmes qui tuent ou essayent de tuer leur petit ami/mari parce qu’ils les trompaient. mais le plus triste reste les kuuderes … pourquoi elles existent pas p’tain T_T

  8. Oh non, moi qui révais de me réincarner en jeune et beau japonais, d’avoir mon harem, de dormir sur le toit de mon lycée, d’éxercer un controle absolu sur le lycée en étant président du conseil des éleves, de tomber par erreur dans le 95c des jeunes et pures lycéennes et de sauver le monde, vous me dîtes que c’est faux !!!! J’espère qu’Adala news rembourse les rdv chez le psy pour le traumatisme vécu. Autrement je tiens à dire que je vous aime quand même Adala-news.

  9. ” En réalité : C’est pratiquement tout l’inverse. La plupart des lycéens et lycéennes ont de l’acnés, la peau grasse ou les cheveux en bataille pour les mecs. Sans parler de la mentalité puérile de l’âge ” That Was Brutal Mdrrrrrrr :”) :”)

  10. En même temps, c’était un peu couru d’avance.

    Le truc sur le toit, j’y ai jamais cru avec les normes de sécurité actuelles vis à vis des mineurs ; l’adolescent qui vit seul, pas impossible mais seulement à partir d’un certain âge ; les personnages beaux et charismatiques, faut pas rêver non plus ! On est tous lotis à la même enseigne peu importe le pays.

    La seule chose qui m’a un peu surprise et déçue, c’est le conseil des élèves. Ca n’avait rien d’invraisemblable car c’est un autre système scolaire donc on ne sait rien. Après, bien évidemment, le pouvoir poussé à l’extrême, j’y croyais pas non plus, mais l’auto-gestion par le corps étudiant, ca m’intriguait dans le bon sens.

    1. Nan peu importe l’âge, probablement aucun ne vit seul avant au moins sa majorité, le seul cas que je vois possible c’est que si c’est un enfant aisé ou alors un étranger riche éventuellement mais c’est tout

  11. Noooooonnnn ! Cet article a détruit des années de fantasmes ! Comment vais-je faire pour vivre maintenant ! Oh myyyyy gooooooood !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *