L'anime Isekai Cheat Magician, daté au Japon | Adala News

L’anime Isekai Cheat Magician, daté au Japon

Le site officiel a révélé la date de diffusion de l’anime Isekai Cheat Magician (Fantasy World Cheat Magician) !

La série animée (12 épisodes) débute le 10 Juillet 2019 au Japon.

Genre : Shonen, Tranche de vie/Action, Comédie/Fantasy

Synopsis :

Nous suivons le quotidien de Taichi Nishimura et de son amie Rin, qui sont tous deux transportés dans un monde fantastique.

Dans notre époque, Taichi est un adolescent qui a des réflexes supérieurs à la moyenne.

Dans ce nouveau monde, lui et Rin acquièrent des capacités physiques et magiques élevées, et commencent leur nouvelle vie en tant que magiciens dans un univers dont ils ont tout à découvrir.

Teaser Vidéo (à partir de 33 secondes) :

Le roman Isekai Cheat Magician (Fantasy World Cheat Magician) de Takeru Uchida a débuté en 2015 aux éditions Shufunotomo et dénombre actuellement 9 tomes reliés au Japon.

Une adaptation en manga de Takeru Uchida (scénariste)Suzuragi Karin (dessinateur) a débuté en 2016 aux éditions Kadokawa et dénombre actuellement 5 tomes reliés au Japon.

Staff Animation :

Auteur : Takeru Uchida
Studio : Encourage Films
Réalisateur : Daisuke Tsukushi
Scénariste : Takayo Ikami (Magical Girl Site, Dances with the Dragons, Beautiful Bones)
Character Design : Shuuji Maruyama (Yu-Gi-Oh! 5D’s)
Musiques : Yoshiaki Fujisawa (Sora Yorimo Tooi Basho, Endro, GATE)

source : isekai-cheat-magician.com

© Takeru Uchida/Shufunotomo/Isekai Cheat Magician Production Committee

Articles Similaires :

23 Comments

  1. Pour ma part je suis de la team Emilia alors je suis clairement pas affecté par le pseudo côté harem de Re:Zero 😀 Mais on est d’accord globalement sur le fond ça ne sert pas à grand chose d’aller plus loin. Cependant, même si j’ai adoré Gamers, je suis obligé de constater que certains essayent de “contourner” un peu les codes classiques des Harems, en faisant des harems mais avec tellement d’ambiguité, qu’au final tu sais même plus qui aime qui. Et honnêtement je sais pas lequel des deux, le assumé et le ambigue, je déteste le plus xD

  2. Encore une adaptation qui va faire rager les over master pro-élite de la japanamation, perso j’adore le genre ça fait rêver le geek en moi et ca me fait sortir un peu de ma vie de merde et une saison sans un isekai est une saison incomplète pour moi…

    1. Perso je ne suis pas contre les isekai. Le problème, c’est qu’un grand nombre des anime de ce genre sont des copié collé d’autres oeuvres. On nous raconte la même histoire en ayant juste changé le look et le nom des personnages.
      Il faudrait donc à mon avis se concentrer davantage sur l’adaptation de la suite des bons isekai (ceux cités dans les autres commentaires) plutôt que de repartir de zéro, ou du moins nous proposer quelque chose de plus original, comme l’a fait ROTSH.

      1. @ArajinTheMagi
        Est-ce qu’il y a une vérité absolue qui fera qu’un anime est bon ou mauvais ? Regarde ce qui te fait plaisir ! Mais personnellement plutôt que de regarder une histoire avec héros dans un monde j-rpg like, je préfère allumer une de mes consoles ou le pc et lancer un j-rpg et incarner ce héros.

        @Tanaakaa
        La redondance des scénarios et des protagonistes est l’un des problèmes, mais de loin pas le seul. Le marché est tout bonnement saturé, au point qu’en 2017 Kadokawa disait non a tout nouveau novel type Isekai. Et même ils se sont rendu compte des faiblesses des ficelles scénaristiques du genre, qui sur court ou moyen terme allaient démontrer leurs limites.

      2. Le problème de ROTSH c’est qu’il a vendu son âme qui faisait pourtant son originalité et son point fort à la base. Lorsqu’on te présente un Isekai ou le héros a tellement la haine, qui se marginalise de la société mise en place, voir même qu’il rejette la raison même de son existence dans ce monde, mais qu’on lui colle un harem la minute d’après pour “le remettre dans le droit chemin”, je n’appelle pas cela de l’originalité.

        Pour qu’on ait vraiment à faire à une oeuvre originale, il aurait fallu que Naofumi assume son statut de solitaire jusqu’au bout, et qu’il progresse autrement que par le chemin classique et traditionnel que l’on connait dans toute oeuvre Isekaiste qui se respecte : la quête initiatique.
        L’oeuvre est pas mauvaise en soit, mais dire qu’elle est original, je trouve cela un peu exagéré 🙂

        1. @7.4 et @Redskylls vous savez les gars quand je regarde un isekai (et je pense que les fans du genre sont quasi dans mon cas) je me met en mode éteint ton cerveau et repose toi les 20min prochaines minutes. Après j’entend vos arguments sur la redondance et tous les problemes et je suis tout a fais d’accord…

          1. C’est tout à ton honneur et je respecte ton point de vue, mais j’aime bien avoir une appréciation critique sur chaque oeuvre que je regarde 🙂

    2. J’aurais envie de dire que les faiblesses du genre ne sont plus à démontrer maintenant, mais bon chacun regarde ce qu’il veut. Par co’ntre ce n’est pas parce que les gens ne sont pas de ton avis qu’ils ragent et qu’ils pensent faire parti d’une élite, ça serait bien de grandir un peu et ouvrir ton esprit…

      1. J’ai rencontrer pas mal de gens qui non seulement traiter le genre isekai mais aussi les gens qui le regarde, il les prennent de haut en mode “pfff va lire des vrais manga” et c’est surtout eux que je visais…
        Je suis sure que même toi si tu cherche dans tes souvenirs t’as du croiser des commentaires de types : “Je comprends pas les types qui regarde ce genre de merde” ou encore “sérieux les mecs arrêter de suivre cette dope et allez suivre de la vrai histoire comme [insérez ici le nom d’un manga peu connu qu’on cite pour montrer qu’on est un fin connaisseur]”…

    3. Moi, ce que je remarque, c’est que certains critiquent le genre dans sa globalité,
      sans faire de distinction avec les isekais de type harem…

      Les mauvais isekais, je dirais pas que c’est un exception,
      mais y a plus de bons que de mauvais…

      Il y a aussi eu une époque où on critiquaient le ecchi
      alors qu’en vrai, ils étaient peu nombreux…

      confondus avec le fan service qu’on peut par exemple retrouver dans les comédies.

      Par contre, l’arrivée de Kenja no Mago fait qu’on assiste à une parodie.

      On a des personnages lambdas qui foutent rien…

      Je trouve pas que ça rend mieux qu’un harem,
      où t’as au moins un peu d’humour…

  3. Yes ! Un anime très original avec un concept jamais vu et des personnages très attachants ! L’auteur doit être vraiment un génie pour avoir imaginé cette histoire !

  4. Et c’est reparti pour une adaptation d’un novel bas de gamme. – -‘

    Honnêtement, ces dernières années, les seuls bons novels qui ont été adaptés sont “The Shield Hero”, “RE: Zero”, “Grimgar of Fantasy and Ash” (le realistic genre) et peut-être “Tensei Shitara Slime Datta Ken” qui reste pas mal malgré sa légère baisse de qualité au fil des épisodes. “Overlord” aussi a fait sont petit effet je suppose.

    Pour les futurs bonnes adaptations déjà annoncées, je verrais bien “Mushoku Tensei” (le premier novel reconnu ayant tapé dans le genre – en somme un classique -) et peut-être aussi “Arifureta” (le novel est pas incroyable mais reste relativement fourni en terme de scenario pour que ca reste assez intéressant),

    1. Je te rejoins sur ROTSH, Re:Zero ainsi que Overlord qui sont pour moi des apdaptations satisfaisantes au regard du matériel de base. Je n’ai absolument pas aimé les deux autres donc je ne me prononce pas sur la qualité de leur adaptation. En revanche tu sembles oublier l’excellent konosuba qui a su se montrer fidèle à l’oeuvre de base, tout en reproduisant l’auto-dérision et la critique du genre Isekai/Tensei à la perfection.

      Après j’ai du mal à discerner si tu fais référence ici, aux adaptations des LN en général, ou seulement des LN du genre Isekai/Tensei (qui sont en pleine explosion depuis le succès de SAO). Si c’est en général, je dirai que tu dépeins un tableau bien triste de la japanimation actuelle, car les oeuvres citées sont bien loin d’être les seules a avoir été bien adaptées. Seishun buta Yarou par ex, a bénéficié d’une adaptation soignée, Oregairu ou encore NGNL…. Il y en a bien évidemment d’autres, mais j’aurais tendance à dire que la qualité de certaines adaptations patissent de la censure excessive au Japon, ou des prises de décisions discutables de certains studios. L’adaptation récente de goblin slayer reprend malheureusement ces deux aspects, d’où le fait que je n’ai vraiment pas accroché à l’oeuvre animée, qui semblait pourtant bien partie (l’épisode 1 était tout bonnement incroyable).

      Si tu faisais référence au genre Isekai/Tensei seulement, je te dirai que ça ne va hélas pas en s’améliorant. On en a de plus en plus, pourvus d’ une qualité qui laisse relativement à désirer, avec quelques “perles” si j’ose dire, qui se présentent de temps à autre. Les Isekai (quand bien même j’adore le principe), sont le “cancer” de la japanimation actuelle, tout comme les battle royale sont le “cancer” des Jeux vidéos actuels. La créativité des développeurs, des auteurs, est bridée, voyant tout par le spectre du profit et du succès, laissant ainsi de côté ce qui est pourtant à la base de chaque oeuvre : la passion.

      1. KonoSuba, c’est pas que fun ou drôle, c’est aussi lourd.

        Les personnages se disputent pareillement : au bout de trois épisodes, ça recommence,
        on voit qu’un même schéma se dessine avec une mentalité qui n’évolue pas…

        Le but du héros et la frontière entre les ennemis et les amis,
        l’historie est trop pris en dérision, ça fait vidéo gags…

        Perso, j’ai regardé jusqu’au bout, mais j’ai pas réussi à le voir en une traite.

        1. Le cas KonoSuba est totalement a part ! Ce n’est pas un Isekai, mais un postiche d’Isekai. Il reprend le codes et mécaniques du genre pour les tourner en dérision.
          Les personnages se disputent de la même façon que dans un Isekai classique la Waifu n°6998 dira au héros qu’il est trop fort/beau/intelligent.
          Kazuma n’est pas un héros ! Il n’est pas là pour vaincre le roi démon, il est là car il n’y a pas de plaisir charnel au paradis (et qu’accessoirement il peut chopper des pouvoirs). D’ailleurs le personnage de Kyôya Mitsurugi (le héros type d’une histoire Isekai) est là pour montrer une fois pour toute que Kazuma n’a ni la carrure, ni l’ambition de devenir ce genre de héros.
          Du coup je pense que tu n’as pas regarder l’anime du bon angle.

        2. Quand bien même tu n’as pas aimé, tu ne peux nier que l’oeuvre a le mérite de s’être aventurée sur le terrain de l’auto dérision avec succès ? Je veux dire, les ventes parlent d’elles mêmes. Je précise que succès n’est pas gage de qualité au cas ou. Pour ma part, j’ai bien rigolé, et je ne qualifierai pas l’humour de “lourd”. L’humour lourd pour moi, c’est celui des films Marvel, avec des blagues pas drôle voir génante et niaise toutes les 15 mins…

          Là ou konosuba fait fort, c’est qu’il parodie et tourne en dérision tous les clichés que les auteurs reprennent allègrement dans leurs oeuvres sans de donner la peine de les étoffer un peu. L’histoire entière se veut être une caricature du genre Isekai/Tensei, pas une oeuvre avec une histoire à part entière. C’est comme si tu reprochais aux auteurs d’oeuvres satyriques de ne pas étoffer suffisament leur critique avec une structure similaire aux oeuvres classiques. Ce n’est tout simplement pas le but ici. L’histoire et le développement des personnages servent l’auto critique, la dérision et la caricature et non l’inverse.

          Je peux parfaitement comprendre que cela ne plaise pas ceci dit….

          1. Une petite remarque sur ce que tu as dit en parlant du héros,
            le sens qu’on peut lui donner peut varier…

            Certes, Kazuma n’est pas un modèle, il n’en a pas l’ambition,
            mais il combat et bat des démons,

            c’est un héros malgré lui qui va au-devant des ennuis.

            Maintenant, s’il faut aller jusqu’à battre le roi démon pour avoir ce titre,
            y a encore personne qui l’a fait.

            Perso, je voulais dire que le héros finit par en oublier sa quête,
            ce qui fait que l’histoire n’avance pas…

            Le truc que je reproche et qui peut être facilement mal l’interprété,
            c’est pas que l’humour est lourd…

            L’animé est fun et drôle, mais ce schéma n’a pas grand intérêt
            si l’histoire se limite à ça…

            Ce que je trouve lourd, c’est qu’ils répètent une même histoire
            qui s’étend que sur trois épisodes…

            Ils voyagent, n’ont pas d’argent, font une aventure qui ne leur réussit pas,
            Aqua fait une gaffe, vient une dispute…

            Les blagues changent, mais l’histoire reste sensiblement la même.

    2. Point de vue subjectif tout comme le mien qui trouve que les novels qui finissent en polygamie (cas de quelques titres que tu as cités…) sont de la m*rde aussi. Mais bon …

        1. Et pourtant le genre Harem n’a pas démarré avec les Isekai, en revanche le boom de Isekai a fait explosé le nombre de LN qui finit en polygamie… malheureusement… Comme tu dis.

      1. De mon point de vue, l’objectivité lorsqu’on parle d’oeuvre artistique est très souvent biaisée par l’opinion personnelle que ce soit volontairement ou non. J’ai donc rarement recours à un raisonnement objectif dans mes argumentations par souci de respect pour mon interlocuteur.

        En outre, je te rejoins sur la présence quasi permanente des Harems au sein des oeuvres adaptées, mais contrairement à toi je pense qu’il y a un certain degré dans le traitement des personnages féminins et plus généralement du harem dans ce genre d’oeuvre.
        Dans le cas de Re:Zero c’est ce que je qualifierai “d’extrème minimum”, étant donné que le héros aime une fille, et donc pas de “polygamie”, mais un harem est quand bien même présent. Est-ce qu’il dérange ? Non, il est tellement discret qu’au final certains ne l’ont même pas relevé c’est pour dire.
        Maintenant je vais passer d’un extrème à un autre : Isekai wa Smartphone to Tomo ni (un parmis tant d’autre n’est-ce pas ? ), qui est typiquement le genre d’oeuvre que je déteste, du fait de la présence d’un harem omniprésent, grossier et insipide. Ici tu peux être certains d’avoir une fin “polygame” et donc une fin de merde.

        Cependant, regarder toutes les oeuvres produites, que ce soit Isekai ou autres, avec cette dualité en tête, serait une erreur. Tout simplement parce que tu as des oeuvres comme Oregairu ou Seishun, qui ont une savante maitrise de la gestion de leur harem. Tout n’est pas blanc ou noir, tout n’est pas forcément que polygamie ou monogamie. Le but étant de permettre au spectateur de se faire une idée honnête est juste du personnage que le héros mérite. J’ai déjà regardé des animes ou la fille qui a finalement été choisie après une “harem route” laborieuse, n’était pas celle que je préférais mais je me suis dit que c’était celle qui convenait le mieux au héros. Le harem a même dans de rare cas, une utilité car elle permet à la fois au MC et aux personnages féminins de se développer de la meilleur des manières possibles.

        Après ces oeuvres restent rares, et je le déplore autant que toi. Mais vu le succès commercial que représente ce type d’oeuvre dans le monde, mais aussi au Japon, je vois mal le phénomène s’atténuer, et encore moins disparaitre. Dommage.

        1. Je me dois de te remercier pour cette longue réponse ;).

          Il ne faut bien entendu pas généraliser mes propos, il y a énormément d’harem que j’apprécie. Certains développent très bien leur personnage, comme tu as noté pour Re Zero, mais ce que cette série fait de bien c’est qu’elle indique clairement que ce ne sera pas de la polygamie (et je suis très triste pour Rem, mais c’était couru d’avance).

          D’autres exemples que je pourrai cité : Gakusen Toshi Asterisk, Gamers!, Hajimete no Gal, Just Because, Koukaku no Regios, Nurarihyon no Mago, Rakudai Kishi no Cavalry, SAO ( bon la partie avec la soeur était de trop clairement…), Oreigairu (que tu as cité aussi mais qui n’est pas fini ^^).

          Après faut dire que pour beaucoup c’est plus du triangle que du harem et pas forcément du Isekai.

          Ce phénomène (comme tu dis), je vois çà comme un manque de responsabilité de la part de l’auteur qui ne veut pas faire un choix ou qui a peur d’en faire un. Et j’avoue avoir peur pour le futur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *