Record du nombre de jeunes persécutés dans les écoles en 2015, au Japon

C’est sur le webjournal japonais Kyodo News que nous apprenons que le nombre d’adolescents victimes de persécutions dans les écoles a atteint son plus haut seuil en 2015, au Japon !

ijime-japan-008L’éducation nationale a répertorié 224 540 plaintes de persécutions en 2015 englobant la primaire, le collège et le lycée au Japon. C’est 36 468 cas de plus par rapport à l’année 2014.

Selon le Ministère de l’éducation nationale, les violences verbales représenteraient 63,5% et la cyber-intimidation (persécution en lligne) serait à 4,1%.

Les agressions physiques n’ont pas été communiqué mais doivent au moins représenter 15% même si les violences physiques des élèves n’ont pas augmenté au fil des ans selon le rapport officiel de l’année 2015.

ijime_by_triplebulleLe plus inquiétant est la hausse de persécutions qui commencent dès l’école primaire et qui ne cessent d’augmenter considérablement chaque année.

school-elementary-japan-asahi-shimbunLes cas répertoriés au collège ou lycée par l’éducation nationale sont sans doute en dessous de la réalité puisque beaucoup de victimes ne portent pas plaintes.

Il s’agit d’un vrai problème sociétal au Japon que les professeurs et le système éducatif n’arrivent pas à réduire alors qu’il conduit dans certains cas au suicide des victimes (enfants de primaire inclus).

D’ailleurs, environ 80% des professeurs avouent encore ne pas savoir comment s’y prendre en cas d’ijime (persécutions).

source : kyodonews.jp

© photo triplebulle/Asahi Shimbun

28 Commentaires

  • Desne
    2 novembre 2016 - 2 h 16 min | Permalien

    ça vient seulement de l’éducation ou plutôt de la non éducation au respect de l’autre. Ce sont les parents qui se voilent la face et ne voient en leur progéniture qu’un amas de perfection et donc ne les reprennent pas lorsqu’il le faudrait pour leur apprendre le vrai respect des choses et des gens. L’éducation des parents voilà tout !

  • Wo
    31 octobre 2016 - 14 h 03 min | Permalien

    Avec la sexualité en baisse, le taux de décès au travail et maintenant ça. J’ai l’impression que le pays « va de plus en plus mal » 🙁

  • Okita Shin
    30 octobre 2016 - 3 h 48 min | Permalien

    J’espère que les victimes s’en sortiront car j’imagine que ce doit être très difficile d’être la tête de turc de la classe et se faire victimiser tous les jours. :/

    Les écoles devraient ouvrir club de protection des élèves tenus par des étudiants qui savent se battre et qui aideraient les victimes de persécutions.

  • Dracnard
    30 octobre 2016 - 2 h 41 min | Permalien

    Un petit pain sur la bouche ça a toujours l’effet voulu en guise de correction ! 🙂

  • Daigo
    30 octobre 2016 - 1 h 32 min | Permalien

    C’est très compliqué de changer les mentalités surtout que pendant l’adolescence on fait des choses sans prendre conscience de l’impact que ça a sur une personne.

    Je pense aussi que ceux qui persécutent c’est qu’ils n’ont pas été éduqués comme il fallait. Je suis sûr qu’une bonne gifle de cowboy pour les remettre à leur place leur ferait le plus grand bien.

  • Potato
    30 octobre 2016 - 0 h 33 min | Permalien

    C’est assez inquiétant de voir ça.

    Il faudrait des onizuka sensei pour remettre à leur place ces persécuteurs.

  • Dr.Pwet
    29 octobre 2016 - 23 h 41 min | Permalien

    Shimbun ? SHIMBUN ? ASAHI SHIMBUN? UN M ? WAT MES YEUX

    • Shinos
      30 octobre 2016 - 8 h 36 min | Permalien

      しんぶん=shinbun veut dire journal en japonais et le « ん » se prononce ici « m »

    • 30 octobre 2016 - 12 h 58 min | Permalien

      Il faut éviter ce genre de remarques lorsque l’on n’a aucune cu’lture sur le sujet. « しんぶん » peut très bien être « romanisé » en « shimbun », plusieurs normes existent. D’ailleurs sur le site officiel on peut clairement voir à quelques endroits que c’est « romanisé » avec un « m » : « Asahi Shimbun ».

      • Kirin
        30 octobre 2016 - 22 h 02 min | Permalien

        ça quand on fait le malin … XD

    • Hevlaska
      2 novembre 2016 - 14 h 42 min | Permalien

      Ouais sauf que les deux existent donc personne a tort et personne a raison… :/

  • Lokthar
    29 octobre 2016 - 21 h 19 min | Permalien

    Tel est malheureusement la nature humaine, nous sommes une race (où plutôt vermine) très destructeur, que ce soit envers notre propre race où pour la Terre qui nous héberge malgré-lui que nous sommes en train de détruire…
    Nous sommes par défaut méchants, égoïstes et égocentrique, seul un très faible pourcentage des humains deviennent suffisamment intelligents pour prendre conscience de ce qui les entoures.

    Certains se souviendront du film « Dans une galaxie près de chez vous » où chaque fois que le mot humain était prononcer, l’extra-terrestre dégueulait. C’est ce que je ressens envers ma propre race.

    • Dydyx
      31 octobre 2016 - 1 h 01 min | Permalien

      tu dis la vérité mais il ne faut pas oublier que l’homme et les animaux sont les même quand il y a une meute ou groupe de personne il y a toujours une personne plus faible ou avec des caractéristiques différentes ex: un roux 😉 surtout que en bas age on s’en fous de savoir si la personne en a marre ou non donc on peu pas vraiment reprocher se genre de comportement mais plutôt l’expliquer et voir punir les enfants si cela arrive. Revenons au animaux et a cette meute un grand exemple et les meutes de loups il y en a toujours 1 qui est le dominé la tête de turc de la meute car il faut que les loups se défoule sur quelqu’un et tu remet en parallèle a l’homme tu vois que l’on est pareil c’est un comportement primitif bien que dans notre société actuellement il ne devrait plus y avoir de problème mais il y aura toujours des moche des gros etc… qui n’a jamais rit d’autrui ? enfin pour dire que l’erreur est humaine même moi au collège moquer de plus faible que moi et j’en et pris conscience que au lycée et chacun évolue différemment donc sa prend du temps chez certain 😉

  • ossan66
    29 octobre 2016 - 19 h 33 min | Permalien

    C’est pour cette raison qu’on a eu autant de school-life en anime récemment. Ce genre de séries ont un effet cathartiques pour les japonais victimisés.

    Cette étude concorde avec celle qui pointait du doigt la baisse record du taux de natalité au Japon. Forcément les élèves persécutés deviennent à l’âge adulte des personnes qui ont peu de confiances en elle, et qui ont du mal à aller vers autrui.

  • Rosetendresse
    29 octobre 2016 - 18 h 40 min | Permalien

    Et encore les chiffres sont trés certainement sous évalués !
    En ayant été victime quand j’étais jeune je peux vous le dire : PERSONNE ne viendra vous aider !
    Les professeurs pour la trés grande majorité ne veulent même pas en entendre parler ou le reconnaitre, et les rares à qui ont force à regarder vous sortirons es choses du genre « c’est de ta faute, il faut étre plus sociable » ou  » ils ne sont pas méchants, tu dois t’affirmer et en faire des copains »….même quand j’ai faillit perdre un oeile sur une de leur « blague » rien n’a vraiment changé…
    Et le plus drôle c’est que le jour ou tu en ras le bol et que t’affirmes, et que tu leur mets une trempe en publique, c’est toi qui devient le « méchant » alors que ça faisait des années que tu étais maltraité et que tu avais sans doute songé des dizaines de fois au suicide…
    La LACHETE generalisé est le vrai coupable dans cette affaire : les autres éléves, les professeurs, le directeur, TOUT le monde !!!

    • Momo34
      29 octobre 2016 - 19 h 46 min | Permalien

      Je suis tout à fait d’accord avec toi, l’administration bien souvent s’en fiche complet — » J’ai vécue aussi ce genre de choses après un an à avoir été la souffre-douleur de la classe et à la fin de l’année scolaire, tellement à bout, j’ai collée mon poing à une de ces personnes. La CPE ça ne l’avait pas tant que ça embêté que j’ai subie des insultes/coups tordus et autres durant toute une année. Pire encore la personne avec qui je m’étais battue a inventé des situations en me faisant passer pour la méchante pour dire que tout vient de moi. La CPE a voulut que je la pardonne en lui serrant la main… — » j’ai crûe rêver à ce moment là. Elle a eu droit à des heures de colles mais bon… elle les a pas fait xD
      Une prof (qui se faisant malmener par ceux de ma classe) m’avait conseillé de changer d’école. Chose que j’ai fait, c’est plus vivable de revenir tout les jours en pleurs à la maison.

      Je trouve ça choquant ce genre de comportements de la part de l’Administration. A la fin tu te tourne vers qui ? (pour moi heureusement que mes parents étaient là).

    • Sigma
      1 novembre 2016 - 17 h 05 min | Permalien

      Sans oublier toi-même. La lâcheté n’est pas qu’imputable aux autres.

      Il fallait frapper dès le début. Et fort. Les professeurs et autres gestionnaires sont physiquement faibles, des corps de vers de terre, ils ne comprennent pas la force c’est pour ça qu’ils incitent à la «réconciliation» ou au «pardon» alors que non. On te frappe, tu frappes. On t’insulte, tu insultes, et avec l’insulte la plus méchante possible.

      Tu fais des heures de colles ? Au moins tu n’auras pas perdu ton honneur.

      C’est vrai qu’avoir subi pendant dix ans une éducation féminisée, avec des professeurs femmes qui t’enseignent que se battre c’est pas bien, se défendre c’est pas bien n’aide pas. Mais tu as été bien sot de penser que les professeurs réagiraient face à des perturbateurs. Je l’ai dit, ils ont des corps de lâches, et donc ne feront rien pour les embêter. Même ta prof était une faible, elle se faisait malmener sans répondre. Finalement, elle méritait bien ce qui lui arrive, passé trente ans on devrait comprendre que le monde n’est pas rose et que seuls la thune et la force permettent de se faire respecter. Si t’as pas la thune, débrouille-toi pour obtenir la force.

  • wakanoum
    29 octobre 2016 - 18 h 22 min | Permalien

    Se plaindre ne sert a rien la meilleur façon d’atténué ses persécutions, c’est de prendre des initiatives.Donc donner un cours de 1h30 par semaine sur l’auto défense est déjà un début.

  • jagguerjack
    29 octobre 2016 - 17 h 12 min | Permalien

    horrible…
    quelque soit le pays…cela ne devrais pas exister.

    je plains celui qui va osez venir faire C…l’une de mes filles !

  • gernipo
    29 octobre 2016 - 15 h 35 min | Permalien

    C’est drôle.

  • Baihous
    29 octobre 2016 - 15 h 14 min | Permalien

    Les professeurs et le système éducatif ne savent pas ou plutôt ne veulent pas cherché de solutions

  • Aure94100
    29 octobre 2016 - 15 h 03 min | Permalien

    Je sais que ce débat touche un sujet assez extrême mais c’est aussi visible en France d’une certaine manière : les problèmes liés à la loi sur la protection de l’enfance.

    Jusqu’où un professeur est-il autorisé à intervenir ? Quelles sanctions « effectives » peut-il infliger pour faire ressentir à l’enfant le poids de l’autorité et la conséquence de ses propres actes ? Est-il seulement possible aujourd’hui de faire ressentir une quelconque autorité ?

    La loi sur la protection de l’enfance est très importante mais certains articles qui la composent posent aussi beaucoup de problèmes assez inédits. Bien évidemment, elle permet de protéger les enfants de la violence et de la manipulation des adultes, mais elle profite aussi aux enfants d’une manière assez perverse.
    En effet, j’ai déjà vu plusieurs cas où les enfants se servent littéralement de cette « protection » pour perpétrer leurs actes « criminels » en tout impunité. C’est sidérant !
    (cf. le film « Marion, 13 ans pour toujours » : ex du prof de gym qui n’a pas pu intervenir pour sauver Marion du harcèlement dans les vestiaires parce que toutes les filles l’ont menacé de porter plainte contre lui en l’accusant d’être rentré dans le vestiaire à des fins perverses).

    Aussi, je crois qu’une grande partie du problème concernant cette hausse de la délinquance vient surtout de là. Les mouvements sociaux ont resserrer l’étau martial autour de cette loi jusqu’à étouffement et maintenant l’éducation mais aussi les foyers en subissent les conséquences. Il est devenu quasiment impossible de punir efficacement un enfant et de lui promulguer le moindre respect pour l’autorité.

    Que faire à ce moment là ? J’ai vraiment peur pour l’avenir.

    • allia
      31 octobre 2016 - 0 h 40 min | Permalien

      Le problème de harcèlement scolaire en France a été banalisé et même nié jusqu’à très récemment (après des vagues de témoignages, articles, livres de parents de victimes etc etc ) ce qui a enfin amené à poser un terme dessus, à le reconnaitre officiellement et faire des campagnes de sensibilisation (ça doit faire quoi 2/3 ans à tout péter)

      En réalité la question de l’autorité des prof n’est pas vraiment centrale dans ce cas précis, les profs, l’administration et l’éducation nationale fermant les yeux la plupart du temps (des « histoires d’enfants », c’est normal les « enfants sont très cruels entre eux »…etc etc sans parler du victim blaming en mode « oui mais tu cherches un peu aussi » « tu devrais être plus sociable » ..etc etc) n’étant ni sensibilisés (ou depuis si peu de temps) ni même formés, la plupart détourne le regard depuis toujours, préférant éviter les vagues

      l’exemple que tu cites du prof de sport est quand même assez léger, rien ne l’empêchait d’agir a posteriori (ou même d’attendre 36 mn qu’elles soient habillées mais non il s’est juste barré) mais il a clairement fermé les yeux comme tous les autres et n’a pensé qu’à se protéger lui-même des problèmes, ça n’était pas qu’une question de manque d’autorité envers ses élèves d’autant qu’il savait très bien comment réagirait sa hiérarchie (pas de vague.. etc ce quelle fera d’ailleurs par la suite)

      Le harcèlement scolaire est un phénomène beaucoup beaucoup plus vaste que celui de la délinquance juvénile et très insidieux puisqu’il concerne justement des enfants et des jeunes sans problèmes sociaux ou de violence, des jeunes « bien sous tout rapport » c’est d’ailleurs avant tout un phénomène de groupe d’où la difficulté pour lutter contre.
      Le respect de l’autorité n’est pas vraiment en cause mais celui de ses pairs et de la différence en général (roux, gros, efféminé, pas branché,… tout ce qui sort un tant soit peu d’une certaine norme)

      • Sigma
        1 novembre 2016 - 17 h 14 min | Permalien

        Le problème est que le corps enseignant est féminisé. 70% des enseignants sont des femmes, et les hommes de ce milieu sont imprégnés de valeurs et pensées féminines dues à leur entourage. C’est à cause de ça que la mentalité « ne te bats pas, même si on te frappe, cherche des solutions pacifiques, l’insulte est plus dure encore que les coups de poing, il faut savoir pardonner » a envahi les milieux scolaires. Au contraire, il faut apprendre aux petits garçons à frapper dès qu’ils se sentent sérieusement menacés, aux petites filles à mordre et tirer les cheveux le plus fort possible.

        Enfin, ces problèmes de persécutions vont de pairs avec un manque de respect de l’autorité. Le professeur devrait avoir, légitimement, le droit de traîner un môme par le col pour le jeter dehors ou de lui casser plusieurs craies sur la figure. Dur dur vous pensez ? Demandez un peu à vos grands parents comment ils ont été élevés, et si il y avait beaucoup de fortes têtes là-bas.

        Le milieu éducatif valorise tellement la faiblesse et la lâcheté, ou tout du moins ces deux vices sont tellement présents, que la moindre démonstration de force est crainte et respectée. Pensez-donc, qui est admiré et populaire dans les établissements ? Qui est craint et qui n’est pas craint ? Sont-ce les forts, ou les faibles ?

        • allia
          4 novembre 2016 - 15 h 27 min | Permalien

          Comme s’il n’y avait pas de harcèlement scolaire du temps de nos grands ou arrières grands parents qui n’ont connu que des instit mâles adeptes de punitions corporelles lol
          faut arrêter de fantasmer sur un passé illusoire qui aurait été la perfection, c’est juste une reconstruction mentale un peu naïve a posteriori (d’autant que quoi qu’on en dise, plus on avance plus on est dans un monde sécurisé et sécuritaire, les stat de morts violentes, de violences en générales étaient bien supérieures avant et à tous les niveaux ou presque)
          alors oui ajd les harceleurs ont des outils à disposition qui portent le harcèlement à un tout autre niveau mais le fait même de harceler, le phénomène de défoulement de tous sur une tête de turc…etc n’a rien d’un concept moderne ou récent hein, et il existe tout autant dans des sociétés ou groupes qui valorisent la virilité d’ailleurs, ça n’a en réalité pas grand chose à voir avec le genre des intervenants
          et non en effet on n’apprend pas à se faire justice soi-même, mais ça n’est pas exclusif au système scolaire ni même à la « féminisation » de quoi que ce soit, c’est un principe de justice en fait (même en prison, on n’encourage et ne tolère pas les affrontements entre détenus et ceux qui se défendent physiquement morflent tout autant, peu importe qu’ils soient agresseurs ou victimes)
          En plus se défendre en cas d’agressions n’a pas grand chose en commun avec se défendre en tant que victime de harcèlement, on ne parle pas d’une agression ponctuelle là mais d’humiliations, de mise à l’écart, de persécutions continues et répétées de tout un groupe (et la plupart du temps quand la victime ose se défendre en utilisant les même procédés que ses agresseurs (réplique physiquement, répond aux insultes ….) elle le paye d’autant plus ensuite sur du long terme. Donc c’est un peu plus compliqué que juste « défend toi mon enfant » d’ailleurs plus qu’aux prof, c’est surtout aux parents à apprendre ça à leurs enfants, dans n’importe quels établissements ou sociétés, la priorité c’est l’ordre social, pas de vagues, étouffer les problèmes au plus vite, éviter la mauvaise publicité…etc

  • Fenrir
    29 octobre 2016 - 14 h 43 min | Permalien

    Ah ouai chaud quand même je m’attendais pas à autant.

  • salami-_-
    29 octobre 2016 - 14 h 32 min | Permalien

    C’est pas facile de changer une telle mentalité surtout que ça fait plusieurs générations que ce problème persiste. Donc ce n’est pas près de s’arrêter.

    Courage aux victimes !

  • lebonalex
    29 octobre 2016 - 14 h 26 min | Permalien

    C’est triste

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *