Première loi visant les Yakuza


Notice: Undefined index: full in /homepages/2/d318023669/htdocs/New-Adala-News/wp-includes/media.php on line 215

Notice: Undefined index: full in /homepages/2/d318023669/htdocs/New-Adala-News/wp-includes/media.php on line 216

Notice: Undefined index: full in /homepages/2/d318023669/htdocs/New-Adala-News/wp-includes/media.php on line 217

Notice: Undefined index: full in /homepages/2/d318023669/htdocs/New-Adala-News/wp-includes/media.php on line 218

C’est par le biais du magazine japonais Sapio que nous apprenons que la Loi visant à interdire les activités avec les yakuza est entrée en vigueur !

Dans un précédent article, le commissaire général de la Police, Takaharu Ando, avait annoncé publiquement qu’il souhaitait mettre un terme aux activités des yakuza.

Aujourd’hui, les citoyens japonais n’ont plus le droit de faire appel aux Yakuza pour mener des affaires « illégales ».

Le magazine s’intéresse donc à ce qui est autorisé et ce qui est interdit dorénavant. Pour cette enquête, le journaliste collabore avec Hideyuki Takashima, un grand avocat spécialisé dans les affaires criminelles.

Pour résumer la loi; il est interdit de promouvoir ou aider une entreprise criminelle.

Prenons quelques exemples concret :

« Dans un izakaya (restaurant japonais avec possibilité d’avoir des pièces privées), servir au comptoir ou à table à boire et à manger à un yakuza est autorisé. »

 » Toutefois, si le groupe, au nombre de quelques dizaines, demande à réserver une pièce privée, il pourrait y avoir problème car cela ressemblerait à une réunion formelle. Donc la frontière est de savoir si cet acte encourage leur activité. » 

Il en va de même pour la livraison des bento, pizza, supermarché et de commodité :

« Si c’est un achat personnel et ne semble pas être une ordonnance de restauration officielle, c’est autorisé.», répond l’avocat .

Par contre, pour toutes impressions ou marque indiquant une organisation Yakuza, même sur des cartes de visites, de voeux, ou autres, est interdite :

« L’impression d’un nom de gang est directement liée à la promotion de leur activités. Toutefois, les cartes personnelles ou commandes privées d’un yakuza est accepté. » Précise l’avocat.

Mais les plus touchés par cette restriction demeure les Hôteliers qui proposent l’organisation de réceptions, location d’espace ou encore de chambres :

« Si l’hôtel ne sait pas que ces clients sont des yakuza ou qu’il le découvre plus tard, il n’y a pas de problème. »

source : sapio

Articles Similaires :

2 Commentaires

  • Pingback: Les intellectuels japonais défendent le droit des Yakuza

  • Olyus
    17 novembre 2011 - 18 h 16 min | Permalien

    Nan mais n’importe quoi le Japon la…..

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *