ZOOM sur Manyuu Hiken Chou

Je dois avoir beaucoup de chance de pouvoir faire une critique d’un anime qui n’existe que dans le but d’animer des gros seins en 2D.

Hourra ! Mais là où la plupart des gens n’y voit qu’un absurde défilé mammaire caché par des lignes lumineuses, peu sont capables d’entrevoir la brillante parodie que Manyuu Hikenchou essaye de mettre en place.

Des le début du premier épisode, on nous présente une scène où une demoiselle se fait trancher sa généreuse poitrine puis, plaçant l’époque à l’ère Edo, un narrateur nous explique que les gros seins sont synonymes d’argent et de pouvoir et les femmes plates ne sont pas considérées comme des humaines.

Déjà, des les premières minutes de Manyuu Hikenchou, la plupart des spectateurs hurlent de rage (ou de rire). Une société basée sur la taille des mamelles féminines ? Ridicule mais hilarant !

Du coup, on commence à se poser tout un tas de question sur ce système :

Quelqu’un a t-il décidé un jour que les grosses poitrines était un symbole du pouvoir ? Etant même considérées plus puissante que le Shogunat. Depuis combien de temps est-ce en place ? Ou alors c’est comme ça depuis le début… ce qui est encore plus insensé ?

Exactement. L’anime est une satire parodiant les manigances de nos gouvernements dans sa recherche de pouvoir, en utilisant les seins comme base de comparaison ou plus habilement le pouvoir des femmes dans le système politique !

Vous connaissez Singapour ? Comment le PAP (ci-dessous), People’s Action Party ou Parti d’Action Populaire (parti de droite conservateur) reste t-il au pouvoir aussi longtemps (Depuis 1959) ?

Ce n’est pas comme s’ils avaient des grosses poitrines leur permettant de rester au pouvoir tout ce temps.

Non, ce sont plutôt leurs agissements dans l’ombre, les décisions hypocrites, leur népotisme (favoriser l’ascension de leur famille ou de leur entourage dans la hiérarchie dont ils sont au sommet), les relations entre les candidats à l’élection présidentielle et le Premier Ministre et le PAP brisant leurs propres règles.

Parallèlement, nous observons les mêmes manœuvres du clan Manyuu afin de rester au pouvoir. Coupant les poitrines des femmes pour agrandir les leurs par le biais d’un parchemin magique.

Tout cela est une allusion à la corruption dans la vie politique où les moyens de gagner du pouvoir se font souvent dans l’ombre.

Mais examinons les bases de cet anime :

  • Pourquoi les seins comme sources de pouvoir?
  • Pourquoi pas le visage ou les cheveux ?

La poitrine est un symbole de vie. Elle fournit les nutriments essentiels au nourrisson, c’est une des seules choses que le bébé peut ingérer dans les premiers mois de sa vie.

On retrouve ce thème dans MacBeth, quand Lady MacBeth entame son monologue (Acte 1 Scène 5).

La poitrine représente la vie et la vie représente le pouvoir. Ce qui rend l’anime aussi intéressant étant le fait que Manyuu Hikenchou représente la corruption et la dégradation de l’ordre naturel.

Tout ceci étant une expression de la corruption et du désordre de notre société ou la loi du plus fort ou comme démontré par notre héroïne : la loi de la plus grosse poitrine, est toujours exercée.

Les dessins quant à eux, illustrent bien les généreux atouts féminins, avec certains détails cachés derrière une barre de lumière blanche.

Observez l’image du dessus. Tous les visages ont un air idiot et Manyuu Hikenchoudéborde de ce genre de « qualité » graphique (déséquilibre graphique déconcertant).

Pourtant, dans chaque scène, il y a quelque chose de consistant : les seins !

Est-ce une façon de mettre en évidence les atouts physiques avant les qualités personnelles ? Une société qui juge les gens sur leur leur apparence et sur des standards de beauté inintelligente et sans vertu ? Une société à bimbo où la beauté l’emporte sur l’intelligence et la force ? Ou une personne peut gravir les échelons en usant de séduction ?

Et qu’en est-il des barres de lumières ? Est-ce une autre allusion au pouvoir politique de la société actuelle ? (censure…)

Abandonnez vos animes pourris avec toujours les mêmes héros idiots et petites héroïnes abandonnées, c’est chez Hood Entertainment (studio animation) que vous trouverez ce qu’il faut pour vous divertir !

Les musiques sont bonnes aussi. On est face à un anime érotique typique, avec ses génériques de début et de fin qui s’écoutent sans problème.

On peut noter aussi la présence de plusieurs doubleurs connus, mais au final tout ce que l’on voit, c’est des seins ! Une autre allusion ?

Staff Animation :

Studio : Hoods Entertainment (Seikon no Qwaser)
Mangaka : Hideki Yamada
Réalisateur : Hiraku Kaneko ( Seikon no Qwaser)
Scénariste : Seishi Minakami  (Toaru Kagaku no Railgun, Seikimatsu Occult Gakuin, No.6)
Character Design : Jun Takagi
Responsable d’animation 
: Jun Takagi
Episodes : 12
Manga : Terminé
*Article écrit par Lahcen

Articles Similaires :

2 Commentaires

  • Lightcrz
    23 mai 2013 - 21 h 10 min | Permalien

    T-T-T-T-T-TONS OF BULLSHITS

  • Pingback: Fin du manga Manyuu Hiken Chou, au Japon

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *